Objectif : rétablir les ponts avec les consommateurs

Luc Dupont, professeur au Département de communication de l'Université d'Ottawa.

Luc Dupont, professeur au Département de communication de l’Université d’Ottawa.

À l’heure des médias sociaux, il est devenu indispensable pour les producteurs et intervenants du secteur avicole de communiquer avec les consommateurs. « Il y a un décalage entre ce que vous faites et ce que les gens pensent que vous faites », explique le professeur en marketing et spécialiste des médias sociaux Luc Dupont, du département de communications de l’Université d’Ottawa.

Il était invité à présenter une conférence sur les tendances en consommation et communication dans le secteur avicole lors du Rendez-vous avicole AQINAC tenu le 16 novembre 2016 à Lévis.

Tendances clés

Pour préparer sa présentation, Luc Dupont a « espionné » le secteur pendant plusieurs mois afin de faire ressortir les points forts et ceux à améliorer. Selon lui, il y a tendances clés à surveiller :

  1. bien-être animal;
  2. biosécurité : hygiène-sécurité;
  3. salubrité;
  4. respect de l’environnement/écologie;
  5. bio.

Les consommateurs ne savent pas ce qui est fait dans le secteur. Les gens du secteur doivent donc entreprendre une réflexion sur ses moyens de communications. « La pire chose serait de rester silencieux, dit-il. Parce qu’il y a les médias sociaux, parce qu’il y a des gens sur Internet, parce qu’il y a des enquêtes et qu’il y a des reportages. »

La première chose à faire est donc d’entreprendre cette réflexion sur l’image projetée par l’industrie. Ensuite, il faut se positionner. Puis, se positionner. Et encore se positionner. « Pour vous distinguer », ajoute-t-il.

Internet

En 2016, l’outil indispensable pour y parvenir, c’est Internet. « Aujourd’hui, tout se passe sur Internet », insiste Luc Dupont. Internet est devenu le média numéro un, devant la télévision et la radio. « J’espère que vous avez tous un site », dit-il à l’assistance. Mais encore faut-il comprendre comment les utilisateurs consultent les pages dans Internet.

Au-delà des sites Web, les médias sociaux sont incontournables. Les gens passent 2,3 heures sur les médias sociaux. Parmi ceux-ci, il y a Facebook, Youtube, Twitter, Wikipedia, Blogger et bien d’autres. Il ne faut surtout pas se limiter à un seul.

« Un conseil : réservez vos places de stationnement », conseille Luc Dupont. Ainsi, réserver les noms de pages Web ou de médias sociaux portant vos noms ou le nom de votre entreprise afin d’éviter de mauvaises surprises dans le futur.

Une fois que tout cela est fait, il faut le nourrir vérifier les performances de ses interventions. Différents outils permettent de les mesurer. « Ça ne se fera pas instantannément, mais ça doit être fait », dit Luc Dupont. L’objectif étant bien sûr de réaligner la perception des consommateurs avec ce qui se fait dans la réalité.

à propos de l'auteur

Agronome et journaliste

Marie-Josée Parent couvre les productions laitière, bovine, avicole et porcine au Bulletin des agriculteurs.

Commentaires