OGM: la distribution réaffirme le droit à l’information des consommateurs

Paris (France), 20 février 2002 – Les distributeurs ont réaffirmé le droit à l’information et au choix des consommateurs en matière d’organismes génétiquement modifiés, après la publication par Greenpeace d’une brochure des produits alimentaires provenant d’animaux nourris avec ou sans OGM.

Entre 60% et 80% des OGM pénètrent à l’insu des consommateurs dans la chaîne alimentaire via l’alimentation des animaux d’élevage, le secteur de la nourriture animale représentant l’essentiel du marché des OGM, a affirmé Greenpeace-France dans son guide publié mercredi.

« Nous restons très vigilants pour que ce droit à l’information puisse être exercé, mais s’agissant de l’alimentation en amont, la question est plus compliquée que pour les produits finis », a déclaré à l’AFP Jérôme Bédier, le président de la Fédération des entreprises du commerce et de la distribution (FCD).

Pour chacune des 12 enseignes citées (Atac, Auchan, Carrefour, Casino, Champion, Ed, Franprix, Intermarché, Leader Price, Leclerc, Lidl, Monoprix), l’association écologiste a dressé trois listes (verte, orange et rouge) de marques de volailles, viandes de porc et charcuteries garantissant ou non la non-utilisation d’OGM dans l’alimentation des animaux.

« Nous sommes en face de deux productions, le poulet et le porc, pour lesquelles les industriels jouent un rôle déterminant: il n’y a pas que les distributeurs qui puissent faire avancer les choses », s’est défendu M. Bédier.

« Concernant les produits présents dans nos rayons, nous n’avons jamais dit qu’il n’y aurait aucun OGM, mais que nous offrons le choix aux consommateurs », a-t-il précisé.

Actuellement, il n’y a pas de réglementation européenne concernant l’utilisation ou l’étiquetage des OGM dans l’alimentation animale, rappelle Greenpeace.

Source : AFP

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Greenpeace Canada

http://www.greenpeacecanada.org/

Commentaires