OMC : des représentants des producteurs agricoles québécois passent un message aux ministres du Commerce

Longueuil (Québec), 28 juin 2006 – Les représentants de La Coalition GO5, pour un modèle agricole équitable, la gestion de l’offre, se joignent aux représentants des agriculteurs de 53 pays d’Afrique de l’Ouest, d’Asie, d’Europe et d’Amérique pour dire aux ministres du Commerce des 150 pays membres de l’OMC que le droit des agriculteurs d’assurer d’abord la souveraineté alimentaire de leur pays ne doit pas être sacrifié au nom du commerce à tout prix.

Les présidents des Fédérations des producteurs d’oeufs de consommationsde lait et de volaille du Québec et du syndicat des producteurs d’oeufsd’incubation, ont participé aujourd’hui, à Genève, à un événement conjointavec des représentants de cet important regroupement d’organisationsagricoles. Cette activité se tenait en marge d’une conférence ministériellequi s’ouvrira demain à Genève. Les participants à cet événement faisaientparaître, ce matin, une lettre ouverte dans le Financial Times de Londres afinde diffuser leur message.

L’ébauche du texte sur les modalités, à partir de laquelle les dirigeantsde l’OMC espèrent parvenir à une entente à la fin juillet, prévoit des mesuresincompatibles avec des politiques agricoles favorisant la souverainetéalimentaire telle la gestion de l’offre pratiquée au Canada dans lesproductions de lait, de volailles et d’oeufs. Ces productions ne reçoiventaucune subvention et se concentrent sur le marché intérieur. Les réductions detarifs aux frontières proposées dans ce texte, y compris pour les produitssensibles comme le lait, les oeufs et la volaille, les exposeraient à laconcurrence déloyale de produits étrangers, largement subventionnés.

Les producteurs québécois de lait, d’oeufs et de volailles du Québecestiment que l’échec des négociations représente une option préférable à unaccord qui déstructurerait les politiques internes, comme la gestion del’offre, qui ne causent aucune distorsion sur les marchés. « Les conséquencesd’un accord établi sur ces bases seraient dévastatrices, tant pour lesagriculteurs d’ici que pour ceux des pays en développement » a affirmé LaurentPellerin, président de l’UPA et porte-parole de la Coalition GO5.

« Le Canada est l’un des seuls pays à s’être conformés aux exigences ducycle d’Uruguay en diminuant son soutien interne et en augmentant l’accès àson marché » a ajouté M. Pellerin. Chiffres à l’appui, il a rappelé que « dansle secteur du lait, le Canada donne déjà accès à 4 % de son marché, alors queles Etats-Unis n’en concèdent que 2, 5 %. Dans la volaille, le Canada offredéjà 7, 5 % d’accès à son marché intérieur, quand l’Union européenne n’enconcède actuellement que .5 % (la moitié de 1 %). On a déjà assez donné. », aconclu M. Pellerin.

Moins de 10 % des aliments produits dans le monde sont commercés sur lemarché international. Même au Canada, qui est pourtant le quatrième plusimportant exportateur mondial de produits agricoles, 70 % des revenus à laferme proviennent du marché intérieur. « Le libre-échange préconisé par l’OMCprofitera d’abord et avant tout aux grandes exploitations corporatives etmultinationales des pays industrialisés plutôt qu’aux pays en développement » adéclaré pour sa part Marcel Groleau, président de la Fédération desproducteurs de lait du Québec. M. Groleau ajoute que les agriculteurs du mondesouhaitent d’abord nourrir leur population respective, obtenir un revenuéquitable du marché et, surtout, ne pas dépendre de subventions. Cetteposition n’est pas souvent entendue à l’OMC.

Dans le cadre des négociations sur le commerce à l’OMC, les producteurscanadiens de lait, d’oeufs et de volailles tentent de maintenir le droitfondamental de se regrouper dans un système de mise en marché collective quipermet d’assurer la souveraineté alimentaire du Canada. « La gestion de l’offreest pratiquée par le Canada depuis plus de trente ans dans les productionslaitières et avicoles. Elle favorise une production locale d’aliments dequalité, à bon prix, et permet à des fermes familiales de taille humaine devivre du marché, sans subventions » a conclu Serge Lefebvre, président de laFédération des producteurs d’oeufs de consommation.

Depuis sa création en 2003, La Coalition GO5, pour un modèle agricoleéquitable, la gestion de l’offre a su rallier 30 000 personnes etorganisations qui croient en une agriculture forte et prospère au Québec. Elleregroupe des productrices et des producteurs agricoles, des partenaires del’agroalimentaire, des entreprises, des élus et des individus. Ses actionsvisent à faire la promotion de la gestion de l’offre et à assurer son maintienau terme du cycle actuel de négociations à l’OMC. Il est possible d’obtenirplus d’informations sur le site Internet : www.go5quebec.ca.

Les présidents des Fédérations québécoises des producteurs d’oeufs deconsommations, de lait et de volaille et du syndicat des producteurs d’oeufsd’incubation, MM. Serge Lefebvre, Marcel Groleau, Yves Baril et Gyslain Loyersont présents à Genève afin de suivre les négociations.

    Liste des organisations de producteurs agricoles qui ont endossée la    déclaration :    Afrique :    Réseau des organisations paysannes et de producteurs                 agricoles de l’Afrique de l’ouest (ROPPA), représentant les                 organisations de 10 pays : Burkina Faso, Bénin, Côte-                 d’Ivoire, Gambie, Guinée-Conakry, Guinée-Bissau, Mali,                 Niger, Sénégal et Togo                 Eastern African Farmers’ Federation (EAFF), représentant les                 organisations de 5 pays : DR Congo, Kenya, Rwanda, Tanzanie,                 Uganda    Bolivie    Canada :     Les Producteurs laitiers du Canada                 Les Producteurs de poulets du Canada                 Office canadien de commercialisation des oeufs                 Office canadien de commercialisation du dindon                 Office canadien de commercialisation des oeufsd’incubation                 de poulet à chair                 L’Union des Producteurs Agricoles    Corée :      National Agricultural Cooperative Federation    Etats-Unis:  National Farmers Union    Inde :       National Cooperative Union of India    Indonésie :  Advocacy Center for Indonesian Farmers (ACIF)                 Indonesian Farmers Union (HKTI)    Islande :    The Farmers Association of Iceland    Japon :      J. A. Zenchu    Mexique    Nicaragua :  Unisn Nacional de Agricultores y Ganaderos (UMAG)    Norvège :    Norwegian Farmers Union & Federation of Norwegian                 Agricultural Cooperatives    Sri Lanka :  Independent Farmers Network of Sri Lanka    Suisse :     Union suisse des paysans    Turquie    Union    européenne : Comité des Organisations Professionnelles Agricoles de l’UE                 (COPA)                 Confédération Générale des Coopératives Agricoles de l’EU                 (COGECA)                 Ensemble représentant les producteurs agricoles et                 coopératives des 25 pays de l’UE : Allemagne, France,                 Italie, les Pays-Bas, Belgique, Luxembourg, Royaume Uni,                 Danemark, Irlande, Grèce, Espagne, Portugal, Autriche,                 Suède, Finlande, Lettonie, Lituanie, Estonie, Pologne,                 Hongrie, République Tchèque, Slovaquie, Slovénie, Chypre,                 Malte

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

GO5 Coalition pour un modèle équitable, la Gestion de l’Offre
http://www.go5quebec.ca

Commentaires