Ontario : cinq lauréats récompensés pour leurs innovations dans la région du Niagara

Ottawa (Ontario), 21 mai 2009 – Les idées innovatrices que mûrissent les agriculteurs ontariens ont été célébrées lors d’une cérémonie qui a eu lieu à Niagara-on-the-Lake pour rendre hommage aux lauréats des prix régionaux qui soulignent l’excellence en innovation agroalimentaire. Ces idées neuves apportent une contribution aux économies locales, stimulent le secteur agroalimentaire et donnent plus de choix au consommateur.

Les Prix du premier ministre pour l’excellence en innovation agroalimentaire font partie d’un programme d’une durée de cinq ans (c’est sa troisième année), doté d’un budget de 2,5 millions de dollars, dont le but est de récompenser les personnes innovatrices qui contribuent au succès du secteur agroalimentaire de l’Ontario.

Des cérémonies locales ont été organisées à divers endroits de la province pour féliciter les 55 lauréats des prix régionaux, qui recevront chacun une récompense de 5 000 $ pour leurs innovations. Voici les lauréats locaux qui ont reçu leur prix :

  • Featherstone Vineyard (Vineland)
  • Howell Family Pumpkin Farm (Fonthill)
  • Palatine Fruit & Roses (Niagara-on-the-Lake)
  • Vandermeer Greenhouses Ltd. (Niagara-on-the-Lake)
  • Vinifera for life Canada/Southbrook Wineries (Jordan)

Le lauréat du Prix du premier ministre (100 000 $) et le lauréat du Prix ministériel (50 000 $) ont été présentés en avril, lors du Sommet agroalimentaire du premier ministre.

« Les pratiques agricoles qui sont innovatrices jouent un rôle-clé pour renforcer notre secteur agroalimentaire local, qui est tellement important pour l’économie ontarienne et en particulier celle de la région de Niagara. La région de Niagara est la région agricole la plus productive du Canada. Je suis heureux de pouvoir souligner les réalisations de ces innovateurs locaux, qui aident à maintenir la productivité agricole de la région, comme en témoignent ces prix qui les récompensent pour leur innovation et leur excellence en matière agricole. »- Kim Craitor, député de la circonscription provinciale de Niagara Falls

Au cours de ses trois premières années, le programme des Prix du premier ministre pour l’excellence en innovation agroalimentaire a obtenu plus de 550 demandes reliées à des innovations émanant d’exploitations agricoles.

L’agroalimentaire est l’un des secteurs dominants de la province. Il apporte plus de 33 milliards de dollars à l’économie chaque année.

Innovations dans le domaine agroalimentaire : Les prix régionaux sont décernés dans la région de Niagara
Voici les lauréats régionaux des Prix du premier ministre pour l’excellence en innovation agroalimentaire :

Featherstone Vineyard – Vineland
Featherstone Vineyard a remué ciel et terre pour trouver un moyen d’utiliser l’équilibre de la nature afin de protéger ses vignes. Louise Engel est la première propriétaire de vignoble en Ontario à utiliser des oiseaux de proie pour protéger son vignoble de 23 acres des ravages que peuvent infliger les petits oiseaux aux vignes. C’est une méthode écologiquement sûre pour empêcher les oiseaux nuisibles de s’attaquer à des cultures à grande densité comme les raisins, les bleuets, les framboises et les cerises. Un rapace peut à lui seul contrôler jusqu’à 50 acres. Mme Engel a suivi le programme d’apprentissage de deux ans exigé pour obtenir un permis de fauconnière – un investissement de temps qui lui rapporte énormément sur le plan de la protection des récoltes.

Howell Family Pumpkin Farm – Fonthill
On pourrait dire que Jerry Howell est le Walt Disney de sa collectivité. Il a consacré plus de 30 ans à poursuivre son rêve d’enfance de produire les meilleures citrouilles. Tout au long de cette quête, il a su innover et promouvoir l’agrotourisme en sensibilisant le public et en lui faisant vivre une expérience passionnante à la ferme. Les visiteurs sont ravis de côtoyer les animaux dans leurs clos et de voir toute une gamme de spectacles animés et d’expositions. Rex, le dinosaure mangeur de citrouilles, est l’une des innovations originales de l’entreprise qui a été adoptée par d’autres producteurs. Les « poulets chantants » de la ferme ont aussi été commercialisés et vendus à plus de 30 attractions à thème agricole au Canada. Howell Family Pumpkin Farm compte quatre employés à plein temps et 76 employés saisonniers qui aident à procurer aux familles une expérience à la fois amusante et éducative à la ferme.

Palatine Fruit & Roses – Niagara-on-the-Lake
Une rose est une rose, sous tout autre nom – à moins qu’il ne s’agisse d’une rose bien spéciale, résistante aux parasites et adaptée aux conditions de l’Ontario. La rose « Kordes » a été testée et reproduite avec un soin méticuleux par René et Eva Schmitz de Palatine Fruit and Roses. Ils ont constaté qu’il y avait un créneau dans le marché local pour des roses qui résisteraient mieux aux parasites. Les pesticides utilisés à des fins esthétiques étant désormais interdits en Ontario, cette rose sera certainement très en demande dans les jardins publics et privés.

Vandermeer Greenhouses Ltd. – Niagara-on-the-Lake
Les fleurs peuvent commencer à éclore grâce à l’énergie du raisin chez Vandermeer Greenhouses Ltd. Ces horticulteurs ingénieux seront les premiers en Ontario à alimenter leur digesteur anaérobie avec du marc de raisin, le déchet qui reste après la fabrication du vin. Ils ont également adapté un système d’entreposage de l’ensilage de maïs pour y conserver le marc avant qu’il aille au digesteur. Ils prévoient que ce déchet biologique gratuit fournira l’énergie nécessaire à toute la serre et produira même de l’énergie excédentaire qui pourra être vendue au réseau de distribution d’électricité. En utilisant le marc de raisin, cette entreprise exploite au maximum cette chance d’économiser des milliers de dollars en frais de chauffage – et de produire une énergie verte qui bénéficie à l’environnement.

Vinifera for Life Canada/Southbrook Wineries – Jordan
Mark Walpole tire jusqu’à la dernière goutte de profit de ses raisins, et plus encore, grâce à un processus breveté qui utilise la peau et la pulpe de raisin qui restent après la fabrication du vin, habituellement considérées comme des déchets, pour en faire des aliments-santé complémentaires et des ingrédients pour les soins de la peau. Les poudres Vinifera sont tellement riches en valeur nutritive et en saveur que Novus International (une société d’alimentation animale) et L’Oréal Paris (une société de cosmétiques) se sont montrés intéressés à les incorporer à leurs produits. Et qui plus est, le processus réduit considérablement les frais d’élimination des déchets tout en protégeant l’environnement.

Au sujet du programme
Les prix – D’une durée de cinq ans (c’est sa troisième année), le programme des Prix du premier ministre pour l’excellence en innovation agroalimentaire est doté d’un budget de 2,5 millions de dollars. Le Prix du premier ministre peut atteindre 100 000 $. Le Prix ministériel peut atteindre 50 000 $. Il y a jusqu’à 55 prix régionaux de 5 000 $ chacun.

Qui peut présenter sa candidature? – Les candidatures sont acceptées des agriculteurs, des producteurs primaires, des groupes d’agriculteurs, des groupes d’entreprises agroalimentaires et des organismes reliés à l’agroalimentaire. Lorsqu’il s’agit d’un groupe, il faut toutefois qu’un agriculteur fasse partie des candidats. Le programme n’est pas destiné au milieu de la recherche, puisque celui-ci jouit déjà d’autres programmes de récompense du gouvernement provincial. Les candidats ou les personnes dont la candidature est proposée doivent habiter en Ontario et avoir la citoyenneté canadienne ou le statut de résident permanent du Canada. Les employés de la fonction publique de l’Ontario et les membres de leur famille immédiate ne peuvent pas participer au programme.

Sortes d’innovations acceptées – Entre autres exemples des innovations que récompense le programme, citons celles-ci : améliorer des pratiques agricoles; satisfaire à des demandes des consommateurs; protéger et mettre en valeur l’environnement; assurer la santé et la sécurité à la ferme; innover dans le domaine de l’énergie; faire connaître l’agriculture à la société; encourager l’achat de nourriture locale.

Commentaires