Pékin accuse l’UE de ne pas respecter les règles de l’OMC

Pékin (Chine), 11 février 2002 – Pékin a lancé une nouvelle salve contre la décision de l’Union européenne (UE) de suspendre, pour des motifs vétérinaires, les importations de produits animaux chinois, accusant Bruxelles d’avoir institué des barrières non tarifaires contraires aux règles de l’Organisation mondiale du commerce (OMC).

La Commission européenne avait suspendu à la fin du mois dernier les importations d’une série de produits animaux chinois, essentiellement la viande de lapin et de poulet, le miel, les mollusques, les crustacés, les crevettes et langoustines surgelées, et la nourriture pour animaux, sur recommandation du comité vétérinaire permanent de l’UE.

La décision de l’UE « revient à utiliser des barrières techniques aux échanges, ceci va à l’encontre des règles de l’OMC », a déclaré Cao Xunmin, le président de la Chambre de commerce chinoise pour les importations et exportations de produits alimentaires, cité par le quotidien de langue anglaise China Daily.

A la suite d’une inspection de l’UE en Chine en novembre dernier, le comité vétérinaire de la Communauté avait notamment constaté l’utilisation par les Chinois de produits interdits pour les soins aux animaux. Il avait en particulier trouvé du chloramphénicol, un antibiotique puissant potentiellement dangereux pour l’homme, dans des crevettes et des langoustines chinoises.

Les importations visées par la suspension ont représenté 327,7 millions d’euros (288,4 millions de dollars) en 2000. Ne sont en revanche pas touchés les produits de la pêche (sauf les crustacés), qui ont représenté la même année 400,4 millions d’euros d’exportations chinoises vers l’UE.

Le gouvernement chinois avait aussitôt protesté contre cette suspension, estimant que celle-ci pouvait affecter sérieusement les échanges commerciaux bilatéraux. Une porte-parole du ministère du Commerce extérieur et de la coopération économique avait pour sa part qualifié la décision de l’UE d’ « injuste » et « excessive ».

Cité lundi par China Daily, Jia Youlin, un haut responsable du ministère de l’Agriculture, a vivement critiqué le rapport du comité vétérinaire de l’UE, tout en mettant en garde contre des mesures de rétorsion. « En tant que membre nouveau de l’OMC, la Chine appliquera pleinement les règles de l’OMC afin de sauvegarder ses intérêts et se réserve le droit de prendre des mesures supplémentaires à cet égard », a-t-il dit.

Selon un expert européen du commerce des produits alimentaires, la Chine pourrait notamment interdire rapidement toutes les importations de produits alimentaires non autorisées formellement par un protocole, ce qui est le cas de la grande majorité des produits actuellement. La viande de boeuf européenne est d’ores et déjà interdite d’importation en Chine à cause de la maladie de la vache folle.

Source : AFP

Commentaires