Production canadienne de pommes de terre en 2007

Ottawa (Ontario), 20 juillet 2007 – Les résultats provisoires de l’enquête indiquent que les exploitants canadiens ont semé une superficie semblable en pommes de terre en 2006 et en 2007.

Cependant, les données indiquent que la production de pommes de terre poursuit toujours son mouvement vers l’Ouest. Une augmentation importante de la superficie ensemencée au Manitoba en 2007 a compensé les déclins enregistrés en Ontario, au Québec, en Saskatchewan et à l’Île-du-Prince-Édouard.

À l’échelle nationale, les exploitants ont ensemencé une superficie estimative de 401 500 acres de pommes de terre en 2007. Cette superficie ensemencée est pratiquement la même que celle ensemencée en 2006, selon les réponses obtenues dans le cadre du Recensement de l’agriculture de 2006.

Pour les besoins de la présente diffusion, et du tableau qui l’accompagne, on compare les données tirées de l’enquête de 2007 aux données du Recensement de l’agriculture. Les données chronologiques des superficies ensemencées et récoltées, ainsi que de la production, ne seront pas rendues conformes aux résultats du Recensement de l’agriculture avant la prochaine diffusion portant sur la production canadienne de pommes de terre le 23 novembre 2007. D’ici là, les comparaisons chronologiques devraient être effectuées avec prudence.

Les données de l’enquête indiquent que les producteurs au Manitoba ont semé une superficie estimative de 89 000 acres en 2007, en hausse de 10 % par rapport à la superficie de 80 631 acres indiquée dans le Recensement de l’agriculture. Cette augmentation importante est attribuable à un renouvellement de contrats liés à la transformation.

Toutes les provinces de l’Est ont réduit leurs superficies. La superficie de pommes de terre a diminué de 10 % en Saskatchewan et au Québec, de 3 % en Ontario et d’un peu plus de 1 % au Nouveau-Brunswick et à l’Île-du-Prince-Édouard. La superficie ensemencée est demeurée stable en Alberta et a affiché une légère augmentation en Colombie-Britannique.

La réduction au Québec est principalement attribuable à la découverte du nématode à kyste doré. Les exploitants de la Montérégie dont les superficies ensemencées ont été touchées en 2006 ont semé d’autres cultures en 2007. Les autres producteurs de pommes de terre du Québec n’ont pas compensé cette baisse de production.

L’Île-du-Prince-Édouard arrive toujours en tête des autres provinces en ce qui a trait à la superficie ensemencée, ayant été à l’origine de 24 % de la superficie ensemencée au pays. Elle est suivie de près du Manitoba, qui a constitué 22 % de la superficie ensemencée au pays. Le Nouveau-Brunswick et l’Alberta sont loin derrière en troisième et en quatrième positions, ayant respectivement représenté 15 % et 14 % de la superficie ensemencée.

La publication Production canadienne de pommes de terre, vol. 5, no 1 (22-008-XWF, gratuite), est accessible à partir du module Publications de notre site Web.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Statistiques Canada
http://www.statcan.ca/

Commentaires