Projet de réorganisation des encans québécois

Longueuil (Québec), 22 novembre 2001 – La Régie des marchés agricoles et alimentaires du Québec vient d’autoriser la Fédération des producteurs de bovins du Québec à aller de l’avant dans son projet de réorganisation des encans québécois. Dans sa décision du 20 novembre, la Régie approuve, en effet, la démarche entreprise par la Fédération d’acquérir, en partenariat avec l’industrie, plusieurs encans d’animaux vivants spécialisés dans le secteur bovin.

Pour M. Michel Dessureault, président de la Fédération, « il s’agit d’un grand jour pour la mise en marché des bovins québécois. La décision rendue par la Régie va fournir les outils nécessaires pour effectuer une réorganisation des encans québécois devenus mal adaptés, au fil des ans, au nouveau contexte du marché. » La baisse constante du nombre de bovins de réforme, la difficulté d’approvisionnement en petits veaux laitiers, les problèmes reliés à la mise en marché des veaux d’embouche, la dispersion des sites de vente sur l’ensemble du territoire, la diminution du nombre d’acheteurs et leur éloignement, sont autant d’éléments à l’appui de la décision de la Régie.

La Fédération estime que ce projet d’acquisition d’encans, en partenariat avec l’industrie, permettra une mise en marché des bovins plus efficace et compétitive tout en assurant le maintien de services en région. Selon M. Dessureault, « il s’agit d’un des éléments qui a justifié notre action dans ce dossier. Car il est essentiel de proposer un projet de réorganisation qui assure un équilibre entre la concentration de l’offre, la rentabilité des encans et le maintien des services adaptés en région. » Il tient aussi à rappeler que la consolidation du réseau des encans vise avant tout à fournir aux producteurs de bovins les conditions leur permettant d’obtenir le meilleur prix possible en regard du marché, un service adéquat, à un coût raisonnable.

Le projet, qui a reçu l’approbation de la Régie, permet à la Fédération d’acquérir l’encan de St-Hyacinthe et de le fusionner avec les encans de Danville, de Ste-Marie, de Princeville et de St-Romuald qui appartiennent au groupe Gestion STM. Pour ce faire, on propose la création d’une société en commandite, Réseau Encans Québec, où la Fédération et Gestion STM seraient partenaires à parts égales. Le nouveau groupe transigerait alors près de 80 % du volume d’animaux vivants dans le secteur bovin au Québec. Éventuellement, d’autres encans pourraient s’ajouter au groupe.

Rappelons que lors des audiences publiques tenues par la Régie, ce projet avait également reçu l’aval de l’Association des marchés publics d’animaux vivants du Québec inc. et de l’Association des encans indépendants d’animaux vivants du Québec inc. Il s’inscrit aussi en parfaite conformité avec la mission de la Fédération qui consiste à gérer efficacement les mécanismes de mise en marché collectifs afin d’assurer à tous les producteurs de bovins du Québec le meilleur revenu net possible. Qui plus est, en aucun cas dans la transaction, la Fédération n’investit les contributions des producteurs, ni même engage ses actifs, le réseau est suffisamment rentable pour honorer toutes ses obligations.

La Fédération des producteurs de bovins du Québec regroupe plus de 24 000 producteurs et productrices de bovins établis sur quelque 17 000 entreprises dans toutes les régions du Québec. Quatrième plus importante production animale au Québec, l’industrie bovine génère des ventes annuelles de plus d’un demi milliard de dollars et commercialise plus de 775 000 bovins par année.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Fédération des producteurs de bovins du Québec (FPBQ)

http://www.bovin.qc.ca/

Régie des marchés agricoles et alimentaires du Québec (RMAAQ)

http://www.rmaaq.gouv.qc.ca/

Commentaires