Reconstruction de la 132 à Val-Brillant : perte de superficie agricole

Québec (Québec), 15 janvier 2002 – Le Bureau d’audiences publiques sur
l’environnement (BAPE) rend accessible à la population, à la demande du
ministre d’Etat à l’Environnement et à l’Eau et ministre de l’Environnement,
M. André Boisclair, l’étude d’impact concernant le « Projet de reconstruction
de la route 132 à Val-Brillant par le ministère des Transports ».

LA CONSULTATION PUBLIQUE

Pour une période de 45 jours, soit du 15 janvier au 1er mars 2002, l’étude d’impact décrivant le projet et ses répercussions sur l’environnement peut être consultée au bureau du BAPE à Québec, ainsi qu’à l’Université du Québec à Montréal. L’ensemble du dossier

est également disponible à la Municipalité de Val-Brillant, située au 11, rue
Saint-Pierre Ouest.

Il est aussi possible de consulter le site Internet du BAPE, à la rubrique « Périodes d’information ».

LA RENCONTRE D’INFORMATION

Des représentants du BAPE animeront une séance d’information publique,
avec la participation du promoteur et du ministère de l’Environnement. Cette
séance se tiendra le MARDI 29 JANVIER A 19 H 30 A LA SALLE COMMUNAUTAIRE LA
CEDRIERE, AU 38, RUE DES CEDRES A VAL-BRILLANT. Les personnes participant à
cette séance pourront s’informer sur toute question concernant le projet,
l’étude d’impact ou la procédure d’évaluation environnementale.

LA DEMANDE D’AUDIENCE PUBLIQUE

Toute personne, groupe ou municipalité peut faire une demande d’audience
publique pendant la période d’information et de consultation publiques. Cette
demande doit être transmise, par écrit, AU PLUS TARD LE 1ER MARS 2002, au

ministre d’Etat à l’Environnement et à l’Eau et ministre de l’Environnement,
Monsieur André Boisclair, 675, boul. René-Lévesque Est, 30e étage, Québec, G1R
5V7. Le requérant doit y indiquer les motifs de sa demande et son intérêt par
rapport au milieu touché.

LE PROJET

Le projet du ministère des Transports du Québec (MTQ) se situe dans la
région du Bas-Saint-Laurent, plus précisément dans la vallée de la Matapédia.
Il consiste à reconstruire un segment de 2,5 km de la route 132 dans la
municipalité de Val-Brillant. Cette route, de par sa vocation de transit entre
les municipalités situées de part et d’autre de la péninsule gaspésienne,
revêt une importance majeure pour le transport des personnes et des
marchandises et pour le tourisme. Selon le promoteur, ce projet se

justifierait en raison des caractéristiques géométriques déficientes de la
route actuelle ainsi que, des problèmes de sécurité, d’entretien hivernal sous
un viaduc ferroviaire et de dégradation de la chaussée.

L’étude d’impact mentionne que le tracé retenu se situe au sud du tracé
actuel. Il permettrait de limiter les expropriations par rapport à d’autres
tracés possibles et de diminuer les impacts sonores de la route pour plusieurs
résidants par rapport au tracé actuel. Cependant, il impliquerait le
sectionnement de quelques lots agricoles en exploitation. Toutefois, aucun
bâtiment agricole ne serait affecté. Enfin, un nouveau viaduc pour la voie
ferrée serait construit dans la partie ouest du nouveau tracé.

Le coût du projet est évalué à 5 650 000 $. Selon le MTQ, il devrait
permettre une amélioration significative de la sécurité routière.

LES REPERCUSSIONS PREVUES PAR LE PROMOTEUR ET LES MESURES D’ATTENUATION PROPOSEES DANS L’ETUDE D’IMPACT

Les impacts généraux des différentes phases de réalisation, à savoir
l’acquisition, la construction, la présence et l’exploitation de la nouvelle
route sont définis comme suit par le promoteur.

D’abord au sujet de l’acquisition, les impacts du projet seraient
importants, le MTQ n’étant pas propriétaire de l’emprise nécessaire à sa
réalisation.

En période de construction, des nuisances et inconvénients temporaires
seraient créés, se traduisant notamment par l’augmentation du bruit,
l’émission de poussières et la perturbation de la circulation automobile et de
l’activité agricole. Lors des travaux, le MTQ appliquerait les mesures
d’atténuation habituelles à de tels chantiers.

Enfin, les impacts les plus importants seraient associés à la présence et
à l’exploitation de la nouvelle route. Ils concerneraient la perte de
superficie agricole et l’expropriation de deux résidences et d’un commerce.
Des mesures de compensation et de relocalisation seraient proposées par le
promoteur pour atténuer ces impacts.

Les personnes intéressées à obtenir plus d’information peuvent
communiquer avec Mme Thérèse Daigle, au (418) 643-7447 ou, sans frais, au
1 800 463-4732, ou par courrier électronique à
[email protected]

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Bureau d’audiences publiques sur l’environnement (BAPE)

http://www.bape.gouv.qc.ca/

Commentaires