Renégociation de l’ALENA: c’est parti

Après avoir fait couler beaucoup d’encre, voilà que débute ce mercredi 16 août les premières discussions concernant  une modernisation de l’ALENA. L’entente conclue entre le Canada, les États-Unis et le Mexique n’a jamais été revisitée depuis son entrée en vigueur en 1994 et les enjeux sont nombreux.

Au cœur des débats, la gestion de l’offre qui régit l’industrie laitière canadienne, la production d’œufs et de volailles. Depuis son arrivée au pouvoir, le président Donald Trump a fustigé le système canadien qu’il décrit comme injuste pour les producteurs américains.

D’autres secteurs agroalimentaires seront sur la sellette. Les Américains réclament l’élimination des « obstacles discriminatoires » et un meilleur accès pour leurs céréales et le vin.

La ministre des Affaires étrangères du Canada, Chrystia Freeland, était à Edmonton vendredi dernier pour rencontrer les représentants de groupes du secteur agricole. Elle a dit très bien comprendre leur point de vue, étant elle-même fille d’un producteur agricole.

La ministre Freeland a détaillé lundi dernier les demandes canadiennes qui sont au nombre de douze. La gestion de l’offre en fait partie, de même que les conditions de règlements de litiges avec les États et les États-Unis. De nouvelles normes pour l’environnement et le travail, l’ouverture aux appels d’offres, la libre circulation des professionnels et l’exception culturelle font aussi partie de cette liste.

Les experts estiment par contre que les négociations seront difficiles. Patrick Leblond a été interrogé par de nombreux médias en tant que économiste et titulaire de la Chaire CN-Paul-M-Tellier en entreprise et politique publique à l’Université d’Ottawa. Il a déclaré à Radio-Canada que le Canada n’aurait pas le choix d’ouvrir une brèche dans le secteur laitier. Il suggère que l’entente avec l’Europe pourrait inspirer les discussions. Le Canada pourrait ainsi céder de 3 % à 5 % du marché aux producteurs américains et mexicains mais le système de gestion de l’offre demeurerait en place.

Après la première ronde de négociations à Washington, une seconde se déroulera au Mexique à compter du 10 septembre.

 

Source: Radio-Canada, Les Affaires

 

à propos de l'auteur

Journaliste

Céline Normandin est journaliste spécialisée en agriculture et économie. Elle collabore également au Bulletin des agriculteurs.

Commentaires