Réouverture de la frontière américaine aux envois de bétail canadien

Ottawa (Ontario), 18 juillet 2005 – Des envois de bétail canadien destinés à l’engraissement et à l’abattage commencent à traverser la frontière américaine.

« Je suis très heureux d’annoncer que pour la première fois depuis mai 2003, des envois de bétail sur pied du Canada traversent aujourd’hui la frontière vers les États-Unis », a déclaré le ministre de l’Agriculture et de l’Agroalimentaire Andy Mitchell. « C’est l’aboutissement d’une somme de travail considérable de la part des éleveurs canadiens, du secteur de l’élevage canadien, des gouvernements provinciaux et territoriaux, du département de l’Agriculture des États-Unis (USDA) et du gouvernement du Canada. Je les remercie tous de l’intense collaboration et de la ténacité dont ils ont fait preuve en vue de la reprise du commerce de bovins sur pied et d’une vaste gamme de produits carnés avec notre plus important partenaire commercial. »

Par suite de la récente décision judiciaire autorisant l’USDA à mettre en application une nouvelle règle commerciale visant la réouverture de la frontière, l’Agence canadienne d’inspection des aliments (ACIA) émet des certificats d’exportation pour les envois de bétail admissibles à destination des États-Unis. Depuis le dépistage du premier cas d’encéphalopathie spongiforme bovine (ESB) au Canada le 20 mai 2003, la frontière américaine est fermée à diverses catégories d’animaux et de produits connexes.

« Il est important de noter que le 27 juillet prochain, le juge Cebull entendra les arguments dans la cause portée devant le tribunal du Montana et pourrait imposer une injonction permanente. Nous devons poursuivre les efforts pour souligner que le régime de réglementation canadien visant à protéger la santé des humains et des animaux doit prévaloir et que la reprise du commerce fondé sur des données scientifiques doit se poursuive. Le Canada continue d’appuyer l’USDA qui se prépare à défendre la règle du risque minimal le 27 juillet. Par rapport à la décision judiciaire, les gouvernements fédéral, provinciaux et territoriaux ainsi que l’industrie se préparent à toute éventualité », a ajouté le ministre Mitchell.

Les bovins et les bisons de moins de 30 mois et les chèvres et moutons de moins de 12 mois destinés à l’abattage immédiat ou l’engraissement sont dorénavant acceptés à la frontière; c’est également le cas pour une vaste gamme de produits carnés. La règle américaine abolit également toutes les restrictions relatives à l’ESB qui frappaient les importations de wapitis, de cerfs, de lamas et d’alpagas. Même si les détails ne sont pas encore disponibles quant au moment où les envois de chacune des espèces franchiront la frontière, l’ACIA travaille avec les secteurs de l’industrie pour fournir les renseignements nécessaires à la reprise des échanges commerciaux.

Dans le contexte de la reprise des échanges commerciaux d’animaux sur pied, les exportateurs canadiens devront faire certifier leurs envois par un vétérinaire accrédité par l’ACIA et les faire approuver par l’Agence. Le processus de certification comporte un examen zoosanitaire et des exigences précises en matière d’identification. Les envois devront aussi porter un sceau du gouvernement du Canada.

Aux termes de la nouvelle règle américaine, les usines de transformation et les abattoirs canadiens qui reçoivent également des animaux de plus de 30 mois pourront conserver leur admissibilité à l’exportation tant et aussi longtemps que des mesures d’isolement sont en place. Cela pourrait faire augmenter la capacité d’abattage d’animaux âgés au Canada puisque les établissements désireux d’exporter aux États-Unis n’étaient autrefois pas autorisés à traiter des animaux de plus de 30 mois ou leurs produits connexes.

L’ACIA a distribué des renseignements sur la nouvelle règle américaine aux éleveurs de bétail, aux marchés aux enchères, aux parcs d’engraissement et aux camionneurs canadiens. On pourra bientôt obtenir ces renseignements sur le site Web de l’ACIA ou en composant le 1 800 442-2342.

L’ACIA s’emploie à accélérer le mouvement des envois de bétail en coordonnant avec l’USDA la mise en oeuvre des mesures requises et en fournissant aux exportateurs et aux vétérinaires accrédités des renseignements clairs et concis sur la règle américaine.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Agence canadienne d’inspection des aliments (ACIA)
http://www.cfia-acia.agr.ca/

Agriculture Canada
http://Aceis.AGR.CA/

United States Department of Agriculture (USDA)
http://www.usda.gov/

Commentaires