Réseau environnement accueille favorablement la Politique nationale de l’eau

Montréal (Québec), 26 novembre 2002 – Réseau environnement, le plus important
regroupement de l’industrie environnementale du Québec, accueille favorablement la nouvelle Politique nationale de l’eau présentée par le Premier ministre, monsieur Bernard Landry et le ministre d’Etat aux Affaires
municipales et à la Métropole, à l’Environnement et à l’Eau, monsieur André
Boisclair. L’organisme se dit particulièrement heureux de cet événement, le
secteur de l’eau n’ayant pas fait l’objet d’une politique clairement exprimée

depuis la Commission Legendre en 1971 et plus récemment lors de la Commission
Beauchamp en 1999.

« Nous saluons aujourd’hui la vision et le courage du ministre Boisclair
qui a su mener une vaste réflexion et en arriver à des consensus essentiels à
la réalisation de cette politique, que nous avons maintes fois réclamée ces
dernières années. Bien que nous soyons satisfaits à plusieurs égards, nous
tenons à rappeler au ministre que nous avons tout de même certaines
inquiétudes quant au financement et par le fait même de la mise en oeuvre de
cette Politique » a déclaré monsieur Sylvain Laramée, directeur général de
Réseau environnement.

Reseau environnement émet cependant certaines réserves à l’égard des points suivants de la Politique:

  • sauf quelques exceptions, l’horizon de la Politique se limite à 2007, alors que pour bien des points, l’action devrait être envisagée dans une perspective à long terme de 15 à 20 ans
  • une partie importante du financement pour la mise en oeuvre de la Politique n’est toujours pas obtenue
  • la réglementation sur la qualité de l’eau potable ne s’applique qu’aux réseaux municipaux de distribution. Rien n’est prévu pour les 300 000 puits individuels
  • les solutions proposées pour maintenir la pérennité des réseaux municipaux d’eau sont à discuter
  • le coût de l’eau et le financement des services d’eau municipaux ne sont pas abordés, alors qu’ils devraient être considérés de façon prioritaire et dans une perspective à long terme
  • plusieurs aspects de la gestion de l’eau sont ramenés à la politique énergétique
  • les impacts des changements climatiques sur l’eau et ses usages ne sont pas considérés comme un thème majeur

Par ailleurs, Réseau environnement se montre très favorable aux points
suivants: la réforme juridique de l’eau est prévue dans la Politique; le mode
de gestion préconisé pour la ressource eau est celle par bassin versant; le
financement par les redevances d’utilisation est privilégié et enfin, la
Politique intègre dans son ensemble le cycle de l’assainissement: les moyens
envisagés pour compléter l’assainissement municipal sont présentés et
l’assainissement agricole et industriel sont abordés.

« Nous avons toujours réclamé la mise en place de cette Politique de l’eau
et nous supportons plus que jamais la démarche du gouvernement du Québec. Il
est important que les citoyens comprennent que l’eau est un bien collectif,
une ressource vitale intimement liée à la santé de la population, un moteur
économique et un milieu de vie qu’il faut protéger. Nous estimons qu’il est
temps de donner aux Québécois et aux Québécoises la Politique de l’eau qu’ils
méritent, avec des objectifs et les moyens nécessaires à leur atteinte » a
ajouté monsieur Laramée.

« Dans son ensemble, nous constatons que les moyens envisagés pour
atteindre les objectifs de la Politique ne sont pas tous définis; cela
présente bien des avantages, dont pourra tirer profit le gouvernement en
favorisant la consultation et la mobilisation des intervenants du milieu. Nous
assurons le gouvernement de notre entière collaboration pour la mise au point
des outils qui permettront d’atteindre les objectifs de la Politique » a-t-il
conclu.

Réseau environnement est le plus important regroupement de l’industrie
environnementale du Québec. L’organisme s’appuie sur un membership de
1900 membres, dont 350 entreprises et 250 municipalités. Ses principaux champs
d’activités sont l’eau potable et les eaux usées, les sols et les eaux
souterraines, les matières résiduelles ainsi que l’air et les changements
climatiques.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Ministère de l’Environnement du Québec

http://www.menv.gouv.qc.ca

Réseau Environnement

http://www.reseau-environnement.com/

Commentaires