Semis à taux variable, une première au Québec!

Les semis vont bon train chez la trentaine d’agriculteurs québécois retenus pour mener une expérience de semis à taux variable, une première de cette envergure dans La Belle Province ! « Il nous reste à compléter le travail chez cinq producteurs », dit Adam Lebel, agronome chez WinField, une filiale de la coopérative américaine Land O’Lakes.

La trentaine d’agriculteurs chez qui l’expérience est menée forment « Le club d’élite d’agriculture de précision 2016 ». Celle-ci est parrainée par Winfield et six Agrocentres du Québec. « Le but est d’intéresser les producteurs de la province au bénéfice de l’agriculture de précision », indique Marie-Andrée Noel, directrice de territoire chez WinField.

Le fait est qu’au Québec, comme ailleurs en Amérique du Nord et en Europe, la majorité des données poireautent dans les ordinateurs des semoirs ou des moissonneuses- batteuses. Les données recueillies vont être jumelées à celles fournies par imagerie satellite pour être intégrées à un programme appelé 7B, pour sept bonnes pratiques. L’idée est mettre au point des cartes de semis à taux variables et des cartes de rendements pour que les agriculteurs sautent de plain-pied dans l’agriculture de précision.

Les trente producteurs participant à l’expérience ont bénéficié des services d’un expert qui a calibré leur semoir. C’est lui qui recueillera les données dans le ventre des machines.

La majorité des semences de maïs utilisées sont des hybrides Croplan variant de 2800 UT à 2950 UT et semés à un taux compris entre 74 130 semences/ha à 94 000 semences/ha. Pour le soya, les semis sont réalisés à un taux de 296 500 semences/ha à 494 200 semences/ha. Le Bulletin va suivre de près cette expérience au cours des prochains mois et vous tenir informé de ses résultats.

à propos de l'auteur

Journaliste, photographe et agroéconomiste

Nicolas Mesly

Nicolas Mesly est agroéconomiste, journaliste et photographe spécialisé dans les enjeux agroalimentaires. Il couvre les grandes cultures pour Le Bulletin des agriculteurs.

Commentaires