Soya : c’est déjà le temps de semer!

Le semis hâtif peut aider à maximiser le potentiel de rendement du soya. Les résultats de recherches parrainées par Dekalb en Ontario et au Québec indiquent que, quand les conditions de champ sont propices, il est avantageux de semer le soya aussi tôt qu’au 15 avril.

Le semis hâtif peut entraîner une augmentation du potentiel de rendement du soya en permettant au couvert végétal de réaliser davantage de photosynthèse au cours de la saison. On croit que l’augmentation du potentiel de rendement de la culture est associée à la production d’un meilleur couvert végétal capable de capter un maximum de rayonnement solaire au cours des mois de juin et juillet.

Cette situation peut favoriser la production d’un plus grand nombre de noeuds, la prolongation de la période de reproduction (à la suite de la floraison plus hâtive) ainsi qu’une augmentation du rythme de croissance de la culture au stade de la formation des gousses, ce qui accélère le grossissement des graines. De plus, le semis hâtif peut se traduire par le développement hâtif du couvert végétal, ce qui permet une meilleure conservation de l’humidité au sol, un facteur critique au cours des périodes de reproduction.

Effectuer un semis hâtif de soya peut aider à maximiser le potentiel de rendement de la culture, malgré la température froide du sol et la lente croissance des plantules.

Même si la température du sol idéale pour favoriser la germination et l’émergence se situe autour de 25 ºC, le soya peut germer dans un sol à 10 ºC. Toutefois, le soya peut mettre de deux à trois semaines pour lever dans un sol froid.

Lire la suite : la recherche au Québec et en Ontario

à propos de l'auteur

Articles récents de André Dumont

Commentaires