Syndrome de dépérissement postsevrage : aide financière pour les producteurs de porcs

Québec (Québec), 23 novembre 2006 – Le ministre de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation, ministre responsable de la région du Centre-du-Québec et député de Richmond, M. Yvon Vallières, annonce un programme d’aide exceptionnel à la hauteur de 15,2 millions de dollars destiné aux exploitations porcines touchées par le syndrome de dépérissement postsevrage. Ce programme permettra, d’une part, de soutenir les entreprises porcines durement éprouvées par cette nouvelle maladie et, d’autre part, de poursuivre la recherche afin de diminuer les pertes reliées aux maladies associées au circovirus porcin.

« Au cours des dernières années, les entreprises du secteur porcin ont vu leur situation financière se détériorer, entre autres, avec l’apparition du circovirus dans le cheptel porcin québécois. Notre gouvernement est sensible aux difficultés que connaît présentement les producteurs de porcs. Il est certain que cette aide permettra d’améliorer la santé financière des entreprises concernées », a mentionné le ministre Yvon Vallières.

Selon M. Vallières, cette aide apportera le soutien nécessaire pour assurer la pérennité de ce secteur important pour l’économie des régions du Québec.

Un programme en trois volets
Le premier volet du programme consiste à verser une aide financière aux exploitations porcines où un taux de mortalité important des porcs à l’engraissement a été enregistré à la suite du syndrome. Ce premier volet permettra de compenser jusqu’aux deux tiers des pertes, soit pour l’augmentation de la mortalité en 2005 qui excède du seuil de 6 % par rapport à la plus basse des deux années antérieures. Le coût total de ce volet est évalué à 13 millions de dollars.

Le deuxième volet permet de consentir des prêts sans intérêt aux entreprises. Ce deuxième volet leur permettra de rembourser des arrérages ou de consolider des crédits à court terme, jusqu’à concurrence de 50 000 $ par entreprise. Le coût total de cette mesure s’élèvera à 2 millions de dollars.

Le dernier volet permettra de poursuivre les recherches sur cette maladie. Le Ministère, en collaboration avec la Faculté de médecine vétérinaire de Saint-Hyacinthe, conduira une étude (200 000 $) sur les améliorations apportées grâce à différentes pratiques d’élevage afin de diminuer les pertes rattachées aux maladies associées au virus en question.

Précisons que les premier et deuxième volets du programme seront administrés par La Financière agricole du Québec.

Volet 1 – Compensation jusqu’au 2/3 des pertes dues à la mortalité des porcs
Les entreprises porcines admissibles à une compensation financière n’ont pas à faire de démarche d’inscription. À partir des données fournies par les producteurs dans le cadre du Programme canadien de stabilisation du revenu agricole (PCSRA) 2005, La Financière agricole dispose déjà des informations relatives au nombre de porcs morts et aux volumes de production de ces entreprises. La Financière agricole est ainsi en mesure d’effectuer dès maintenant le traitement des données et de procéder par la suite au versement des compensations. Elle pourrait avoir à demander des informations afin de confirmer la présence du syndrome de dépérissement postsevrage dans l’élevage.

Volet 2 – Aide à l’amélioration des liquidités des entreprises porcines
Les entreprises porcines désirant avoir des renseignements supplémentaires sur le prêt aux entreprises porcines affectées par le syndrome du dépérissement postsevrage doivent communiquer avec les centres de services de La Financière agricole au 1 800 749-3646.

Rappelons qu’une enquête menée en février 2006 dans l’ensemble de la clientèle de La Financière agricole a permis de constater que plus de 60 % des entreprises porcines étaient touchées par cette maladie.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

La Financière agricole du Québec
http://www.financiereagricole.qc.ca

Ministère de l’agriculture des pêcheries et de l’alimentation du Québec (MAPAQ)
http://www.mapaq.gouv.qc.ca

Commentaires