Terre-Neuve-et-Labrador établira des normes de qualité en matière d’aquiculture

St-John’s (Terre-Neuve), 24 juillet 2003 – Des fonds offerts par le gouvernement fédéral aideront le secteur aquicole du Canada à rehausser le niveau de contrôle de la qualité et à fournir à la clientèle l’assurance que les produits canadiens sont de première classe.

Le ministre de l’Agriculture et de l’Agroalimentaire, M. Lyle Vanclief, a annoncé, au cours d’une visite à St. John’s, un financement de 21 000 dollars par le biais du Programme international du Canada pour l’agriculture et l’alimentation (PICAA).

L’argent sera remis à la Newfoundland Aquaculture Industry Association (NAIA), qui représente les producteurs et les transformateurs de produits aquicoles de la province. Les fonds s’ajouteront aux efforts nationaux visant l’assurance de la qualité entrepris par l’Alliance de l’industrie canadienne de l’aquiculture (AICA), qui reçoit également des fonds en vertu du PICAA.

« Notre secteur aquicole s’est forgé une réputation à l’échelle internationale de fournisseur de produits de la mer haut de gamme, a mentionné M. Vanclief. Le nouveau programme affermira cette réputation et appuiera les garanties de salubrité et de qualité avec des pratiques et des normes claires et uniformes. »

Les fonds contribueront à couvrir les coûts d’un spécialiste qui examinera les programmes de contrôle de la qualité qui sont déjà en place et qui s’en inspirera pour formuler un ensemble de normes dont le but sera d’assurer la qualité et la salubrité dans tout le secteur. Cette étude constitue la première phase d’un vaste plan. L’objectif ultime est un programme d’action où les participants respectent les normes fixées et misent sur la garantie de qualité pour commercialiser leurs produits.

« En ce qui concerne les produits de la mer, la qualité est d’une importance capitale, a affirmé le directeur exécutif de la NAIA, M. Mike Rose. Notre industrie à Terre-Neuve-et-Labrador s’appuie sur ce principe et l’initiative annoncée se veut la prochaine étape logique. Nous montrerons à nos clients que nous prenons notre engagement à l’égard de la qualité au sérieux et que nous continuerons à être les chefs de file mondiaux dans ce domaine. »

L’initiative AICA/NAIA représente une nouveauté pour le secteur aquicole canadien et pourrait modeler les efforts d’autres secteurs de production alimentaire.

« Je suis heureux de constater que l’industrie aquicole intensifie ses efforts et joue un rôle de premier plan, a dit M. Vanclief. Quiconque vend un produit peut parler de qualité. Le secret est d’agir en conséquence. C’est la philosophie qui sous-tend les nouvelles stratégies gouvernementales relatives au secteur alimentaire, et ce projet est précisément le type d’activités que nous essayons d’encourager. »

Les nouvelles stratégies fédérales-provinciales, connues sous le nom de Cadre stratégique pour l’agriculture (CSA), sont conçues pour que les industries alimentaires canadiennes demeurent à l’avant-garde en ce qui touche la qualité, la salubrité, l’environnement et la technologie. Le PICAA soutient les efforts clés des divers secteurs en vue d’acquérir une reconnaissance internationale et d’accroître les débouchés, éléments essentiels du CSA.

Le secteur aquicole canadien dépend grandement des marchés internationaux. En effet, ses exportations ont plus que triplé au cours des dix dernières années, dépassant 600 millions de dollars en 2002. Le programme d’assurance de la qualité cherche à préserver ces marchés et à trouver de nouveaux clients.

Les travaux reliés au projet devraient commencer prochainement et se terminer d’ici la fin de l’année.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Agriculture Canada
http://Aceis.AGR.CA/

Commentaires