Un deuxième foyer de fièvre aphteuse détecté en France

Paris (France), 23 mars 2001 – Le ministre français de l’Agriculture, Jean Glavany, a décidé d’étendre à toute la France le plan « fièvre aphteuse » après la découverte d’un deuxième foyer.

Ce foyer a été découvert dans la journée dans une exploitation de Mitry-Mory, en Seine-et-Marne, près de Senlis, à une cinquantaine de kilomètres au nord-est de Paris.

La ferme comptait 100 bovins et 200 ovins, précise le ministère dans un communiqué. Tous les animaux ont été abattus et leurs carcasses seront détruites sur place, ajoute le ministère.

Dans le cadre du plan d’alerte « fièvre aphteuse » déclenché par la préfecture de Seine-et-Marne, un périmètre de protection a été mis en place dans un rayon de 3 km autour de l’exploitation. Un périmètre de surveillance a également été établie dans un rayon de 10 km.

Le premier cas avait été confirmé le 13 mars dernier dans une exploitation de La Baroche-Gondouin, en Mayenne.

Face à cette situation, Jean Glavany a décidé « à titre conservatoire » d’étendre à toute la France le plan « fièvre aphteuse » en vigueur dans les départements touchés par un foyer.

Ce dispositif prévoit que « les viandes, laits et produits qui n’ont pas subi un traitement thermique qui permet d’inactiver le virus de la fièvre aphteuse » ne peuvent plus quitter le territoire français.

Mesure provisoire

« Je déplore tout particulièrement que des contraintes qui vont gravement pénaliser tous les acteurs d’une filière soient le fait de probables pratiques frauduleuses », a déclaré Jean Glavany.

« La décision que je prends ce soir est nécessaire. Tous les moyens seront déployés pour mettre fin dans les meilleurs délais à cette situation », a-t-il poursuivi.

Cette mesure provisoire entrera en vigueur ce samedi à 08h00 et sera maintenue au moins « jusqu’à un examen approfondi de la situation au niveau communautaire » mardi prochain par le comité vétérinaire permanent de l’Union européenne, indique le ministère.

De même source, on précise qu’une enquête de gendarmerie a permis d’établir jeudi que le centre de négoce de La Baroche-Gondouin, où avait été détecté le premier foyer, avait envoyé le 26 février dernier vers cette exploitation de Seine-et-Marne « des ovins britanniques ou ayant été en contact ».

Les services vétérinaires du département se sont rendus dans la journée de vendredi dans cette ferme où ils ont découvert un veau qui présentait des signes cliniques de la maladie.

Des prélèvements ont aussitôt été envoyés au laboratoire de l’Agence française de sécurité sanitaire des aliments (Afssa) dont les analyses virologiques ont confirmé la présence du virus responsable de la fièvre aphteuse.

Interrogé sur LCI, l’exploitant de la ferme de Mitry-Mory a laissé éclater sa colère, affirmant que les représentants des autorités ne lui avaient « rien expliqué du tout ». « Eux, ils viennent pour abattre, c’est tout », a-t-il ajouté.

L’épizootie a éclaté le mois dernier au Royaume-Uni, où on recensait vendredi près de 500 cas depuis l’apparition de la maladie.

Source : Reuters

Commentaires