Un organisme de ressources humaines s’attaque à la pénurie de main d’oeuvre

Ottawa (Ontario), 20 février 2003 – Le principal organisme national responsable du perfectionnement des aptitudes professionnelles des Canadiens procède à l’élaboration d’un plan d’action visant à s’attaquer aux problèmes fondamentaux touchant les ressources humaines canadiennes. Le Bureau canadiendes ressources humaines en technologie (BCRHT), le conseil du secteur fédéralresponsable de la coordination de la planification des ressources humainesliées à la technologie au Canada, réagit à un signal d’alarme donné récemmentpar les intervenants clés en RH au sujet de l’état de préparation descompétences au pays, selon Bob Cook, directeur général du BCRHT.

« Nous ne pouvons laisser notre préoccupation touchant les sujets du jourocculter les menaces imminentes de crises comme l’extrême pénurie decompétences au Canada, a déclaré M. Cook. Au cours des prochaines années, 44,5 % des techniciens et technologues au Canada prendront leur retraite, créant une demande pour des milliers de techniciens et de technologues dans presque tous les secteurs – santé, mécanique, bâtiment, technologie de l’information, électricité, environnement, foresterie, pétrole, agriculture et mines. Pas moins de 120 catégories d’emploi intersectorielles en génie et ensciences appliquées sont menacés.

« Nous avons réuni tous les intervenants à notre Congrès “Employabilité etproductivité” et nous avons maintenant structuré les problèmes afin de pouvoircollaborer avec nos collègues pour trouver une réponse stratégique. »

Les problèmes désignés par le BCRHT touchent quatre secteurs essentiels :

  • Le perfectionnement des compétences : Le Canada fait face à des « tendances démographiques menaçantes », et des activités de recrutement des cadres et de maraudage intenses sont déjà pratiquées auprès des technologues. Le Congrès a réclamé une approche nationale concertée du perfectionnement des employés, avec des efforts de marketing des carrières en technologie auprès des jeunes, des campagnes d’égalité entre les sexes et des programmes régionaux.
  • La sous-utilisation des ressources humaines : Le Canada perd 50 % de sa population étudiante après la première année d’études postsecondaires et les spécialistes ont l’impression qu’ils sont trop qualifiés pour le travail qu’ils font. Le plan propose de dépister les étudiants pour les réorienter vers des possibilités de carrière de même que d’utiliser le système de dépistage électronique des compétences « PROfile » du BCRHT comme instrument d’établissement de l’inventaire des ensembles de compétences de la main-d’oeuvre existante afin que les particuliers puissent mettre à jour et maintenir leur propre dossier.
  • La sensibilisation à la carrière : Il existe un grave fossé et un manque réel de sensibilisation concernant les possibilités de carrière en tant que technicien ou technologue au Canada, et les jeunes, les étudiants, les éducateurs, les parents et la communauté en général. Le plan propose des efforts de marketing et de communication visant les possibilités de carrière, une collaboration avec les établissements d’enseignement pour démontrer les avantages d’une carrière dans la haute technologie et relancer les étudiants dans des domaines techniques et une concentration des ressources dans le développement des possibilités pour les femmes dans le secteur de la technologie.
  • La reconnaissance des connaissances acquises : Des professionnels spécialisés ne sont pas reconnus pour leurs compétences de telle sorte que le Canada sous-utilise sa main-d’oeuvre potentielle. Le plan propose de s’attaquer au problème des obstacles qui créent cette sous-utilisation; de créer un mécanisme tel que « PROfile » pour reconnaître les compétences acquises en cours d’emploi et de mieux reconnaître les compétences des spécialistes formés à l’étranger.

La prochaine étape, selon M. Cook, consiste à identifier les composantesstratégiques clés désignées dans le cadre du Congrès général. « Le BCRHTcollaborera avec d’autres organismes pour établir un délai d’exécution quipermettra d’aborder chaque élément avec succès et de donner la priorité àl’évaluation. Un plan détaillé sera alors élaboré pour décrire les activitéset les projets et suggérer des moyens de les gérer.

« Le résultat sera un plan national concerté, donnant le détail desbesoins les plus pressants en RH au Canada, avec un programme proposant lesrôles que chaque groupe d’intervenants canadiens pourrait jouer pour résoudreles problèmes.

« Le BCRHT attend avec impatience de s’attaquer au plan d’action et des’associer avec tous les intervenants dans le cadre de cette importanteinitiative nationale, a ajouté M. Cook. Il est très important pour laprospérité canadienne que nous disposions de la meilleure “assise” au mondepour l’économie du savoir : la main-d’oeuvre la plus qualifiée que cettenation puisse rassembler. »

Les participants au Congrès ont accepté de collaborer à un groupe detravail du plan d’action des ressources humaines du BCRHT en donnant desconseils stratégiques durant le processus de consolidation du plan desressources humaines pour s’attaquer à ces problèmes.

Qu’est-ce que le BCRHT ?
Le Bureau canadien des ressources humaines en technologie (BCRHT) est unealliance à but non lucratif d’institutions industrielles et éducativesreprésentant les intérêts de tous les partenaires du domaine technologique. Samission consiste à soutenir la position élevée du Canada dans le secteur de latechnologie, ce qu’il accomplit en mettant sur pied des initiatives destinéesaux jeunes, des programmes de perfectionnement professionnel dans les domainesdes sciences appliquées et du génie, et en travaillant à résoudre lesproblèmes de ressources humaines dans les secteurs des sciences appliquées etdu génie.

Commentaires