Une deuxième année remarquable à la Financière agricole

Québec (Québec), 2 juillet 2003 – La ministre de l’Agriculture, desPêcheries et de l’Alimentation, Mme Françoise Gauthier, est heureused’annoncer les résultats exceptionnels de La Financière agricole du Québec.Elle vient de déposer le rapport annuel de 2002-2003 à l’Assemblée nationaledu Québec. Les résultats obtenus et les activités accomplies parl’organisation au cours de cet exercice financier sont à l’image de son apportau développement et à l’essor des entreprises agricoles québécoises.

En effet, tout au long de l’année, l’organisation a travaillé de concertavec le milieu agricole et elle a réussi à atteindre l’ensemble des objectifsqu’elle s’était fixés dans son plan d’affaires de 2002-2003.

Commentant les résultats obtenus, M. Marc-A. Gagnon, président-directeurgénéral par intérim de La Financière agricole, a souligné que « cette bonneperformance est liée, entre autres, à la forte proximité de La Financièreagricole avec ses clients et à la qualité de ses ressources humaines, deuxéléments de force qui sont indissociables de sa mission ».

Pour une deuxième année consécutive, le financement garanti par La Financière agricole a dépassé le milliard de dollars, ce qui porte l’encours total à 4,3 milliards de dollars. Rappelons que l’organisation couvre 65 % du financement des entreprises agricoles au Québec.

En 2002-2003, elle a autorisé plus de 6750 prêts, pour un montant de954 millions de dollars. Par ailleurs, les ouvertures de crédit ont diminué de1 % par rapport à l’année dernière, pour s’établir à 111,9 millions dedollars. Ce montant comprend le renouvellement de l’ouverture de crédit, quiest de 100 millions de dollars, consentie l’an passé à la Fédération desproducteurs acéricoles du Québec.

Pour l’organisation, les petites entreprises agricoles ainsi que celles àtemps partiel sont importantes. Ses programmes de financement s’adressent doncà toutes les entreprises agricoles, indépendamment de leur dimension. Ainsi,au cours de la dernière année, l’organisation a autorisé 113 millions dedollars, soit 12 % des montants consentis, à des entreprises à temps partiel.De plus, on remarque que 77 % des prêts ont été autorisés pour des montantsinférieurs à 200 000 $.

Par ailleurs, La Financière agricole a contribué, au cours du dernierexercice financier, à la stabilité financière du secteur agricole. En effet,ses programmes d’assurance ont permis de minimiser, auprès des entreprises,l’impact de la fluctuation des prix du marché, des conditions climatiquesdéfavorables ainsi que de plusieurs autres risques incontrôlables.

A cet égard, son programme d’assurance stabilisation des revenusagricoles (ASRA) lui a permis de venir en aide à plus de 18 200 entreprises,pour un total de 675 millions de dollars. Comparativement à l’année dernière,il s’agit d’une augmentation de plus de 250 millions, soit de 59 % descompensations versées dans le cadre de ce programme. Cette importante haussetraduit bien la période difficile que vivent les agriculteurs.

Egalement, dans le cadre de son programme d’assurance récolte, plus de6 400 avis de dommages ont fait l’objet d’une indemnisation, représentant 42,2millions de dollars. L’ensemble des valeurs assurées pour ces deux programmesd’assurance s’est élevé à près de 4 milliards de dollars.

Aussi, plus de 3 300 entreprises ont versé une contribution au Compte destabilisation du revenu agricole (CSRA). L’ensemble des contributionseffectuées par les participants et La Financière agricole dans le cadre de ceprogramme s’est élevé à 27,4 millions. L’application de ce programme atoutefois dû être suspendue partiellement étant donné que les discussionstenues avec le gouvernement fédéral, relativement aux modifications qu’ilapportera prochainement à ses programmes de protection du revenu, ne sont pasterminées.

Pour sa part, le président du conseil d’administration de La Financièreagricole, M. Laurent Pellerin, également président de l’Union des producteursagricoles (UPA), a souligné la flexibilité et l’adaptation de La Financièreagricole aux besoins du monde agricole. Il a également fait remarquer lepartenariat unique entre l’organisation et l’UPA. « La synergie des expertiseset des compétences, qui fut à la base de la création de La Financièreagricole, donne lieu à des réalisations concrètes et bénéfiques pour lesecteur agricole, ce qui augure bien pour l’avenir », a-t-il signalé.

Enfin, la ministre de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation,Mme Françoise Gauthier, a souligné la réussite de La Financière agricole. « Auterme de ses deux premières années d’existence, La Financière agricole afficheun bilan positif sur le chapitre des interventions qu’elle a menées en accordavec sa mission », a mentionné Mme Gauthier. La ministre a également ajouté que« les investissements effectués par les entreprises agricoles etagroalimentaires démontrent bien l’apport important de ce secteur à lacroissance économique de l’ensemble des régions du Québec ainsi qu’à lacréation d’emplois ».

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

La Financière agricole du Québec
http://www.financiereagricole.qc.ca

Ministère de l’agriculture des pêcheries et de l’alimentation du Québec (MAPAQ)
http://www.agr.gouv.qc.ca/

Union des producteurs agricoles (UPA)
http://www.upa.qc.ca/

Commentaires