Une injonction oblige les vétérinaires à mettre fin à leurs moyens de pression

Montréal (Québec), 21 décembre 2001 – Le juge François Lemieux, de la Cour fédérale, a accordé une injonction provisoire ordonnant aux vétérinaires québécois de l’Agence canadienne d’inspection des aliments (ACIA) de mettre fin à leurs moyens de pression.

Soixante-dix-huit des 80 vétérinaires à l’emploi de l’ACIA au Québec ne s’étaient pas présentés au travail, lundi, en se faisant porter malades. Ce moyen de pression impromptu a forcé la fermeture de la presque totalité des 47 abattoirs du Québec.

L’injonction, accordée à la demande de l’Union des producteurs agricoles (UPA) et de plusieurs groupes et sociétés liés à la production et à la transformation des viandes, restera en vigueur jusqu’au 4 janvier 2002.

Elle ordonne à l’Institut professionnel de la fonction publique du Canada, de même qu’à tous les inspecteurs à l’emploi de l’ACIA, de mettre fin à tout moyen de pression ayant pour effet d’empêcher ou de nuire aux inspections exigées pour les viandes.

Elle ordonne en outre aux inspecteurs désignés pour inspecter et approuver les abattages d’animaux et pour inspecter le sang recueilli et les carcasses, de procéder aux inspections et aux approbations prévues à la Loi et au Règlement de 1990 sur l’inspection des viandes, et de se présenter dans les abattoirs auxquels ils sont assignés pour faire leur travail.

Les vétérinaires sont en négociation depuis 15 mois. Ils se plaignent de leurs conditions de travail et du manque de considération de l’agence fédérale qui, selon eux, est incapable de trouver une solution au manque de ressources.

Ils auraient indiqué dès la semaine dernière qu’ils ne participeraient plus aux équipes d’urgence de l’organisme fédéral. Ces équipes sont appelées à intervenir rapidement dans toutes les situations d’urgence impliquant des animaux, comme l’inspection des bêtes qu’on soupçonnerait d’être atteintes de la fièvre aphteuse ou de la maladie de la vache folle.

L’UPA évaluait les pertes potentielles à environ 7 millions $, et craignait que le calendrier d’abattage des animaux ne soit perturbé pour les prochaines semaines.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Agence canadienne d’inspection des aliments (ACIA)

http://www.cfia-acia.agr.ca/

Union des producteurs agricoles (UPA)

http://www.upa.qc.ca/

Commentaires