Une étude montre que le Canada est le meilleur endroit où investir dans l’industrie alimentaire

Ottawa (Ontario), 18 février 2004 – Selon une nouvelle étude internationale, le Canada est l’endroit d’investissement par excellence pour les entreprises alimentaires désireuses de desservir le marché nord-américain.

L’étude, intitulée Competitive Alternatives: The CEO’s Guide to International Business Costs, G-7- 2004 Edition (Les choix concurrentiels : Le guide du chef de la direction sur les coûts des entreprises à l’échelle internationale, G-7 – édition 2004), a été menée par la société d’experts-conseils internationale KPMG. Elle compare le Canada à ses concurrents dans un certain nombre de secteurs, notamment dans le secteur de la transformation des aliments et dans la recherche et le développement, dans 121 villes réparties dans 11 pays.

Le Canada se classe au premier rang dans plus de la moitié des secteurs étudiés. C’est la quatrième fois consécutive que le Canada occupe la tête du classement général dans l’analyse des coûts effectuée par KPMG.

En outre, le Canada a conservé un avantage marqué en Amérique du Nord pour ce qui est des coûts dans le secteur de la transformation des aliments, soit un avantage net de 4,7 p. 100 par rapport aux États-Unis. En fait, dans ce secteur, le Canada est passé du quatrième au deuxième rang du classement, tout juste derrière l’Australie.

« Cette étude démontre une fois de plus l’avantage du Canada pour ce qui est des coûts dans le secteur de la transformation des aliments », a déclaré le ministre de l’Agriculture et de l’Agroalimentaire, M. Bob Speller. « Les entreprises de transformation des aliments partout dans le monde se tournent vers le Canada pour accéder au marché nord-américain. Nous avons créé un climat d’investissement parmi les plus attrayants au monde. Ce sont les bénéfices qui comptent et, en s’établissant au Canada, les entreprises peuvent accroître leurs profits. »

Le Canada domine dans l’ensemble au chapitre du coût de revient en recherche et développement, avec un avantage en matière de coûts qui se chiffre à 21 p. 100 par rapport aux États-Unis. Il s’agit là d’un facteur important pour les fabricants de produits novateurs lorsqu’ils doivent évaluer la possibilité d’établir ou de développer leurs activités dans un endroit donné.

Le secteur de l’agriculture et de l’agroalimentaire est un important moteur de l’économie canadienne. Il fournit un emploi sur sept au pays et génère entre 5 et 7 milliards de dollars de l’excédent commercial annuel du Canada.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Ministère de l’agriculture des pêcheries et de l’alimentation du Québec (MAPAQ)
http://www.agr.gouv.qc.ca/

Commentaires