Utilisation du paillis plastique et du fumier dans les productions végétales de climat frais

Ottawa (Ontario), 4 juin 2003 – Les coûts élevés de l’importation des aliments du bétail ont un effet dissuasif important sur les producteurs laitiers de Terre-Neuve et Labrador.

Cependant, les recherches scientifiques d’AAC allègent le fardeau financier de ces derniers et les aident à mettre au point plus de produits à valeur ajoutée et à accroître la rentabilité de leur exploitation.

Au Centre de recherche de l’Atlantique sur les cultures de climat frais d’AAC situé à Mount Pearl, (T.-N.), le Dr Allan Kwabiah travaille à promouvoir une gestion efficace des éléments nutritifs contenus dans le fumier. Agronome et pédologue, il a joué un rôle prépondérant pour ce qui est d’inciter les producteurs laitiers à diversifier leurs productions végétales et à y inclure des cultures fourragères productives et riches en énergie comme le maïs.

« Comme la saison de croissance est courte à Terre-Neuve, je me suis penché sur l’utilisation de paillis plastique photodégradable pour augmenter la température du sol et accélérer le développement du maïs, a expliqué le Dr Kwabiah. Le paillis plastique peut augmenter la température du sol de 10 degrés, protéger les jeunes plants de la gelée meurtrière et fournir une protection supplémentaire contre les oiseaux et les insectes nuisibles ».

Avec le temps, le soleil dégrade le paillis plastique qui n’est donc pas ramassé par la moissonneuse et ne se retrouve pas dans les aliments du bétail, ayant ainsi une incidence minime sur l’environnement.

Le Dr Kwabiah a effectué d’autres travaux visant à favoriser la viabilité et la diversification des productions agricoles de la province.

Ses recherches ont démontré que l’épandage de fumier avant le semis fournit au maïs un apport d’éléments nutritifs comme l’azote et le phosphore. Les effets sur l’environnement sont minimes et la rentabilité économique est importante puisque le maïs cultivé à Terre-Neuve utilise principalement les substances nutritives contenues dans le fumier.

Le Dr Kwabiah continue de recueillir et de disséminer de l’information sur les principes et les stratégies de base en agronomie et en gestion du fumier dans le but d’améliorer la production du maïs dans la province et ailleurs.

Grâce aux recherches du Dr Kwabiah sur l’utilité du paillis plastique dans les productions végétales de climat frais, le maïs est maintenant largement cultivé par les producteurs laitiers de Terre-Neuve et remplace les concentrés dispendieux dans les rations.

L’utilisation du fumier et du paillis contribue à réduire le coût des intrants (achat d’engrais minéraux) et à allonger la saison de croissance. Les recherches visant à favoriser le développement durable et la rentabilité de l’industrie laitière à Terre-Neuve et partout au Canada où le pédoclimat est semblable. Ces objectifs cadrent avec les volets Environnement et Innovation du Cadre stratégique pour l’agriculture (CSA), conçus pour placer le Canada en tête.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Agriculture Canada
http://Aceis.AGR.CA/

Cadre stratégique pour l’agriculture (CSA)
http://www.agr.gc.ca/canadaentete/

Commentaires