Vers un plan de développement de l’industrie québécoise du poulet

Longueuil (Québec), 24 novembre 2000 – Au terme de Vision 2000, le premier Forum sur les perspectives de développement de l’industrie québécoise du poulet, les leaders de ce secteur ont décidé, à l’unanimité, de tout mettre en oeuvre pour bloquer l’érosion des parts de marché du Québec et ensuite reprendre les parts de marché qui leur reviennent.

L’événement se tenait les 20 et 21 novembre dernier et regroupait la Fédération des producteurs de volailles, le Syndicat des producteurs d’oeufs d’incubation, l’Association québécoise des industries de nutrition animale et céréalière, l’Association des abattoirs avicoles, l’Association des couvoiriers et le ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation du Québec.

Troisième secteur en importance de l’agriculture québécoise, l’industrie avicole est dynamique et semble être promise à une bonne croissance. Toutefois, elle est également confrontée à des défis importants tels que la concurrence entre les provinces et son impact sur la position du Québec dans l’ensemble canadien.

Il y a aussi d’autres défis. L’amorce d’une nouvelle ronde de négociation de l’Organisation mondiale du commerce, la négociation d’une nouvelle convention de mise en marché, les préoccupations environnementales, la qualité et la salubrité des aliments, la diminution du nombre d’acheteurs et la concentration des détaillants en alimentation font également partie des préoccupations des intervenants québécois de l’aviculture.

Devant l’importance de ces enjeux, les participants à Vision 2000 se sont interrogés sur le développement de leur industrie en analysant notamment l’efficacité de la coordination entre chacun des maillons. Il ressort de ce premier Forum que les enjeux sont majeurs, que le travail ne manque pas, mais que la volonté des partenaires est bien réelle, comme en témoigne ce résumé des grandes orientations adoptées au terme de l’événement :

  • Mettre en place un comité de coordination de l’industrie, regroupant des représentants de tous les maillons, pour élaborer un plan d’action détaillé sur 3 à 5 ans. Les trois objectifs visés par ce plan d’action sont : bloquer l’érosion des parts de marché du Québec, reprendre des parts de marché et manifester une ouverture face aux exportations en respectant les principes de la gestion de l’offre. Le premier mandat de ce comité sera de déterminer les caractéristiques du produit souhaité par le marché (conformation des oiseaux, rendement des carcasses, sélection génétique, etc.).
  • Former un groupe de travail « Association des abattoirs avicoles – Fédération des producteurs de volailles » pour identifier les moyens de mieux répondre à court terme aux besoins spécifiques de marché exprimés par les abattoirs.
  • Appuyer la modification réglementaire, déposée à la Régie des marchés agricoles par la Fédération des producteurs de volailles, pour favoriser la mise en marché intraprovinciale.
  • Développer un plan d’action pour l’implantation, à tous les maillons de l’industrie, des normes HACCP et de programmes d’assurance salubrité.
  • Développer un plan d’action sur la traçabilité du produit.
  • Dresser, en collaboration avec la Chaire en recherche avicole, un portrait détaillé de l’utilisation des antibiotiques dans l’industrie avicole.
  • Réaliser une expérience pilote sur l’alimentation des poulets sans farines animales et sans gras animal.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Association des Abattoirs Avicoles du Québec inc (AAAQ)

http://www.aaaq.qc.ca/

Fédération des producteurs de volailles du Québec (FPVQ)

http://www.lepouletduquebec.qc.ca/

Ministère de l’agriculture des pêcheries et de l’alimentation du Québec (MAPAQ)

http://www.agr.gouv.qc.ca/

Commentaires