Virage forestier québécois : plus de 450 millions $ sur 3 ans

Québec (Québec), 17 octobre 2005 – Les ministres des Ressources naturelles et de la Faune, monsieur Pierre Corbeil, des Affaires municipales et des Régions, madame Nathalie Normandeau, de l’Emploi et de la Solidarité sociale, madame Michelle Courchesne, et du Développement économique, de l’Innovation et de l’Exportation, monsieur Claude Béchard, ont fait connaître, aujourd’hui, les mesures, totalisant plus de 450 millions de dollars sur trois ans, que le gouvernement du Québec entend prendre en réponse aux Plans d’action déposés par les Conférences régionales des élus dans le cadre du virage forestier actuel et de la baisse de possibilité ligneuse.

Ressources naturelles et Faune
Pour sa part, le ministre Corbeil a annoncé que, pour l’année financière2005-2006, son ministère investit la somme de 108 millions de dollars pourmettre en oeuvre les recommandations de la commission Coulombe et minimiserles répercussions de la baisse de la possibilité ligneuse adoptée àl’unanimité par l’Assemblée nationale le printemps dernier.

« Le ministère des Ressources naturelles et de la Faune investira plus de300 millions de dollars sur trois ans. Le quart de ces investissements, soit75 millions de dollars, sont des sommes supplémentaires à celles déjà prévuesdans les programmes existants, dont plus de 50 millions de dollars serontdirectement gérés par les régions. Après l’annonce de la localisation desbureaux du Forestier en chef à Roberval au Saguenay-Lac-Saint-Jean, il s’agitd’un autre geste concret de régionalisation de la gestion forestière », aindiqué monsieur Corbeil.

La mise en valeur des ressources du milieu forestier reçoit cette année81 millions de dollars par l’entremise de trois programmes déjà existants,soit le Programme de création d’emplois en forêt, le Programme d’aide à lamise en valeur de la forêt privée et le Programme de mise en valeur desressources du milieu forestier.

En matière de décentralisation et de régionalisation de la gestionforestière, le ministère des Ressources naturelles et de la Faune injecteraégalement 23,5 millions de dollars au cours des trois prochaines années, dont8 millions de dollars en 2005-2006, notamment pour la mise en place deCommissions forestières régionales. Une partie de ces sommes sera aussiconsacrée à un programme d’aide financière pour les intervenants, autres queles bénéficiaires de contrats d’aménagement, qui veulent participer à laplanification des activités d’aménagement sur le territoire forestier.D’autres mesures visent à expérimenter de nouveaux modes de gestion etd’aménagement. « Il s’agit ici de pas importants en matière de gestion intégréedes ressources à l’échelle locale, une des recommandations clef de lacommission Coulombe », a souligné monsieur Corbeil.

Au chapitre de la diversification de l’industrie des produits du bois, legouvernement du Québec annonce l’injection de 17,5 millions de dollars surtrois ans pour le développement de nouveaux produits et le transferttechnologique dans les régions. « L’innovation est au coeur du développementdes entreprises de transformation du bois. En plus d’apporter une aidefinancière aux entreprises pour des études spécialisées, ce budget permettrad’ajouter cinq nouveaux agents de transfert technologique dans les régions.C’est avec ces actions concrètes que nous pourrons développer des projets deproduits à valeur ajoutée et diversifier les économies régionales. Enutilisant le bois de façon optimale, nous agissons aussi dans une perspectivede développement durable », a ajouté monsieur Corbeil.

« Au cours des trois prochaines années, nous allouerons quelque12 millions supplémentaires de dollars, dont 4,0 millions dès cette année,pour atteindre d’autres objectifs tout aussi essentiels, notamment laprotection d’écosystèmes forestiers exceptionnels en forêt publique et privée,la réalisation de la Stratégie québécoise sur les aires protégées et unprogramme offert aux communautés autochtones qui souhaitent participer plusactivement à la gestion et la mise en valeur des ressources du milieuforestier », a précisé monsieur Corbeil.

Un accent particulier sera aussi mis sur l’acquisition des connaissances.Monsieur Corbeil a signalé : « Pour bien gérer la forêt et la faune, il estprimordial d’avoir en main les connaissances les plus pertinentes à la prisede décisions. Nous allons donc y consacrer une somme additionnelle de près de22 millions de dollars au cours des trois prochaines années. »

Affaires municipales et Régions
La ministre Normandeau s’est réjouie de la collaboration des intervenantsde chacune des régions dans cette démarche cruciale pour le développement etl’avenir de nos régions et du Québec.

Les interventions du ministère des Affaires municipales et des Régions(MAMR) visent principalement à favoriser le développement local et régional etle soutien aux territoires en difficulté. Pour y arriver, des stratégies ontété mises au point en concertation avec les acteurs locaux afin de répondreaux besoins qui diffèrent souvent d’une région à l’autre. Par l’entremise deses directions régionales, le MAMR offrira un soutien technique et financieraux régions en difficulté et aux municipalités régionales de comté (MRC).

Dans les territoires à risque, des comités seront créés afin d’élaborerdes plans de diversification qui serviront à baliser les interventions et àévaluer l’efficacité des mesures prévues. « Ainsi, le MAMR consacrera, àl’échelle du Québec, une somme de 9 M$, dont 8,25 M$ pour la réalisation deces plans et 750 000 $ qui serviront à des interventions pour le soutientechnique des territoires en difficulté, a souligné madame Normandeau. Deplus, une enveloppe de 2,75 M$ par année servira à soutenir les MRC et lesmunicipalités en difficulté dans leur démarche de diversification économique.Une aide de 300 000 $ par année sur trois ans sera également allouée pour ledéveloppement des connaissances, pour le réseautage et la formation ».

« Les mesures annoncées aujourd’hui s’inscrivent dans la poursuite desefforts déjà consentis et témoignent de la volonté de notre gouvernement desoutenir la diversification de nos régions forestières », a déclarémadame Normandeau.

Emploi et Solidarité sociale
De son côté, la ministre Courchesne a déclaré : « Je suis très sensible ausort des travailleurs et je sais que derrière ceux-ci, il y a des familles quicomptent sur nous. Je vous donne l’assurance qu’Emploi-Québec travaillera sansrelâche, comme elle l’a fait depuis mars dernier, à atténuer l’impact desmises à pied qui pourraient survenir. Le reclassement des travailleurs,l’amélioration de leur formation et l’appui aux entreprises et aux communautésdans leurs efforts de diversification économique seront au coeur de notreaction ».

A même les programmes existants, le ministère de l’Emploi et de laSolidarité sociale, par l’entremise d’Emploi-Québec, investira, en 2005-2006,7,9 M$ pour l’ensemble du Québec, soit 5,4 M$ en mesures régulières et 2,5 M$pour des initiatives visant la réintégration en emploi des travailleurs âgéset pour venir en aide aux travailleurs affectés par la diminution de lapossibilité ligneuse.

Emploi-Québec dispose d’un coffre à outils impressionnant pour venir enaide aux travailleurs touchés. Ainsi, la mesure Aménagement et réduction dutemps de travail permet de minimiser les mises à pied et de sauvegarder desemplois.

Par ailleurs, les comités de reclassement mis en place par Emploi-Québec,à la suite des fermetures d’usines, permettent le retour en emploi ou encoreaux études d’un nombre élevé de travailleurs.

Une attention particulière sera apportée aux travailleurs âgés licenciés.Actuellement, près de 2,5 M$ sont engagés pour la mise en oeuvre de projetsqui permettront de rejoindre près de 500 travailleurs expérimentés du secteurforestier. De plus, grâce au Programme de formation des travailleurssylvicoles annoncé lors du dernier discours sur le budget, Emploi-Québec a puconsacrer 1 million de dollars à la formation de 145 nouveaux travailleurssylvicoles situés dans une douzaine de régions du Québec. D’ailleurs, lebudget alloué sera porté à 2 M$ au cours des deux prochaines années.

Enfin, en regard du développement de la compétence de la main-d’oeuvre,le Programme d’apprentissage en milieu de travail (PAMT) sera largement mis àcontribution notamment pour les métiers de débroussailleurs et d’abatteursmanuels. Depuis le début de l’année, 400 ententes de qualification touchantces métiers ont été conclues. A cela s’ajoutera une aide à la formation enentreprise lors de projets de diversification économique ou d’activités de 2eet 3e transformation. Enfin, Emploi-Québec sera très active sur le terrain, etce, en se plaçant au service des communautés les plus touchées par ladiminution de la matière ligneuse.

Développement économique, Innovation et Exportation
Le ministre Béchard a, quant à lui, mis l’accent sur l’importanceéconomique du secteur forestier pour les régions et l’ensemble du Québec. « Lesmontants annoncés aujourd’hui confirment que la forêt joue un rôle essentieldans notre économie. De plus, la stratégie gouvernementale de développementéconomique que j’ai lancée il y a quelques jours propose également commeobjectif de soutenir davantage la réorientation du secteur des produitsforestiers vers des créneaux plus ciblés d’ici les cinq prochaines années. Ala lumière de ces deux exemples, il est clair que notre gouvernement, avec sespartenaires, agira pour accroître la prospérité du secteur forestier auQuébec », a déclaré le ministre Béchard.

« Toutes ces mesures démontrent bien la volonté manifeste du gouvernementd’agir de façon concertée avec l’ensemble de ses partenaires, tant des régionsqu’au sein même des organisations publiques qui ont à coeur le secteurforestier du Québec. Ces mesures vont dans le sens des aspirations, despréoccupations et des besoins exprimées dans les plans d’action déposés parles CRE. Ces réponses aux régions sont adaptées à chacune d’elle.Contrairement à ce que faisait le gouvernement précédent, nous ne faisons pasde mur à mur. Ce sont des investissements considérables de plus de450 millions de dollars sur trois ans que le gouvernement du Québec met à ladisposition des régions pour réussir cette transition vers un secteur plusinnovateur, compétitif, rapproché des décideurs locaux et davantage créateurd’emplois, dans le respect de la possibilité forestière. En ajoutant l’aideannoncée aujourd’hui par le gouvernement fédéral, je suis convaincu que nouseffectuerons le nécessaire virage forestier avec succès », a conclu le ministredes Ressources naturelles et de la Faune, monsieur Pierre Corbeil.

(Il est possible de consulter le tableau donnant la répartition dessommes allouées par le gouvernement du Québec à l’adresse suivante :www.mrnf.gouv.qc.ca/forets/virage ).

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Ministère de la Solidarité sociale
http://www.mss.gouv.qc.ca/

Ministère de l’Industrie et du Commerce
http://www.mic.gouv.qc.ca/index.html

Ministère des Affaires municipales et des Régions
http://www.mamr.gouv.qc.ca/

Ministère des Ressources Naturelles du Québec
http://www.mrn.gouv.qc.ca/

Commentaires