Volumes records de ventes de potasse pour PotashCorp

Saskatoon (Saskatchewan), 21 octobre 2004 – Potash Corporation of Saskatchewan Inc. a annoncé un bénéfice 75,2 M$, ou 0,68 $ par action après dilution, soit plus de quatre fois le bénéfice rajusté de 0,15 $(1) par action (perte de 1,78 $ par action avant rajustement) dégagé au trimestre correspondant de l’exercice précédent. Le bénéfice de 0,68 $ paraction aurait été de 0,12 $ par action supérieur n’eut été du raffermissementdu dollar canadien au cours du trimestre. La marge brute de 189,4 M$, la plusélevée de l’histoire de la Société, représente une augmentation de 124 % parrapport au troisième trimestre de 2003. Les rentrées liées aux activitésd’exploitation ont atteint 168,6 M$ comparativement à 128,4 M$ par rapport autrimestre précédent, et le flux de trésorerie disponible(1) est passé de 28,3à 97,0 M$. Au cours des neuf premiers mois de 2004, PotashCorp a enregistré unbénéfice rajusté de 1,85 $(1) après dilution, comparativement à un bénéfice de0,48 $(1) par action(2) (perte de 1,47 $ par action avant rajustement) pour lapériode correspondante de 2003.

La hausse du bénéfice trimestriel est principalement attribuable auxvolumes et aux prix plus élevés de la potasse. Les volumes de vente de potassepour le trimestre et la période de neuf mois ont une fois de plus atteint desniveaux records. Ces volumes ont été atteints à des prix supérieurs à ceuxréalisés depuis plus de 20 ans. La consommation accrue est venu resserrer lesgrands paramètres de l’offre et de la demande après plus de deux décenniesd’offre excédentaire sur le marché de la potasse. Le reste de l’industrieayant atteint sa capacité maximale ou presque, PotashCorp, qui détientactuellement 86 % de la capacité mondiale inutilisée, bénéficie de cetteconjoncture par une production accrue et une part importante de la croissancede la demande mondiale.

« Nous travaillons avec diligence depuis de nombreuses années pour quenotre Société se retrouve dans les conditions actuelles », a déclaré leprésident et chef de la direction de PotashCorp, Bill Doyle. « Le monde abesoin de plus de potasse et au cours des dix-sept dernières années, la façondont nous avons orienté nos efforts a ouvert la voie à notre réussite actuelleet future. Nous croyons que nous traversons une nouvelle ère de croissancedans le secteur de la potasse et nous sommes ravis d’afficher la véritableforce de notre Société. »

Conjoncture du marché
Bien que le troisième trimestre connaisse habituellement unralentissement des activités liées à l’engrais, la demande mondiale,particulièrement pour la potasse, est demeurée forte. Bien des pays d’Asie etd’Amérique latine augmentent leur consommation de potasse, la croissancesupérieure du PIB stimulant la demande pour une plus grande quantitéd’aliments de meilleure qualité. En ce qui concerne le phosphate, quatreouragans ont pratiquement éliminé la production de stock excédentaire etresserré l’offre et la demande pour l’urée. Quant à l’azote, le maintien desprix élevés du gaz naturel aux Etats-Unis et l’écart serré entre l’offre et lademande à l’échelle mondiale ont maintenu le marché étroit et les prix enhausse.

Activités liées à la potasse
La potasse, dont le prix et les volumes sont plus élevés, a généré120,8 M$, ou 64 %, de la marge brute totale pour le trimestre, soit plus dudouble de la marge brute de 52,3 M$ pour le troisième trimestre de 2003. Lahausse des prix a également fait passer de 36 % à 54 % le pourcentage de margebrute pour la potasse, par rapport au trimestre précédent.

Pour le trimestre, la croissance la plus marquée provient des marchésétrangers, des volumes records de ventes de 1,346 millions de tonnes ayant étéenregistrés, soit 51 % de plus que le record précédent de 0,889 millions detonnes au troisième trimestre du dernier exercice. Le Brésil, qui représente26 % des ventes, est demeuré notre plus important client étranger, tandis quela Chine représente 24 % des ventes. Les prix réalisés sur les ventes àl’étranger ont augmenté à 111,55 $ la tonne, en hausse de 43 % par rapport àceux du troisième trimestre du dernier exercice et de 19 % au trimestreprécédent. Ces gains ont été réalisés en dépit du fait que le contrat concluavec la Chine qui était en cours d’exécution était toujours libellé selon lesanciens prix. Compte tenu des nouveaux contrats négociés avec d’autresclients, la conjoncture serrée du marché a permis à la Société de couvriramplement les augmentations des taux de fret maritime. Depuis le début del’exercice, les coûts de fret maritime de Canpotex ont augmenté d’environ 15 $la tonne comparativement à ceux enregistrés entre le début de l’exercice 2003et septembre 2003, tandis que les prix de livraison de la potasse ont plus quedoublé.

En Amérique du Nord, la dynamique des prix du deuxième trimestre s’estmaintenue durant le troisième trimestre, les prix réalisés ayant progressé de7,84 $ la tonne ou de 7 %. Cela a permis à la Société de bénéficier d’uneamélioration de 41 % des prix (32,68 $ la tonne) par rapport au troisièmetrimestre du dernier exercice. Comme prévu, les volumes ont accusé un recul enraison de problèmes d’échéancier des expéditions. En prévision du maintien del’augmentation de la demande, la Société a annoncé un quatrième quart detravail à la mine d’Allan afin d’accroître sa capacité de production. Cettemesure prendra effet au cours du quatrième trimestre.

PotashCorp a augmenté sa production de 22 % par rapport au troisièmetrimestre du dernier exercice, ayant recours à une partie de sa capacitéexcédentaire pour répondre à la demande croissante. Le taux accrud’utilisation des capacités a entraîné une amélioration de l’efficience et aeu un effet favorable d’environ 1,50 $ la tonne sur le coût des produits depotasse vendus, malgré l’effet négatif du raffermissement du dollar canadiensur les coûts de 1,27 $ la tonne.

Activités liées au phosphate
La marge brute du phosphate s’est améliorée, passant d’une perte de9,7 M$ au troisième trimestre de 2003 à un seuil de rentabilité pour letrimestre en cours. Les produits industriels sont demeurés le segment le plusrentable du phosphate, générant un marge brute de 13,8 M$ pour le trimestre,en hausse de 6,7 M$ par rapport au dernier exercice.

Les volumes des engrais solides sont demeurés stables comparativement autroisième trimestre de 2003, puisque nous avons transféré des tonnes du marchéétranger vers le marché nord-américain où les prix réalisés étaientsupérieurs. Malgré la progression de 19 % des prix des engrais solides parrapport au dernier trimestre, la hausse des coûts a entraîné une faibleamélioration de la marge. Les volumes des engrais liquides ont augmenté de 3 %par rapport au dernier trimestre, tandis que les prix ont chuté de 6 % comptetenu de la combinaison de produits. Les volumes de vente de produitsfourragers ont augmenté de 10 % par rapport au troisième trimestre de 2003 etles prix ont chuté de 2 % en raison de l’incidence négative du fret maritimesur les prix réalisés à l’étranger.

Les volumes de phosphate industriel ont augmenté de 11 % et les prixréalisés ont progressé de 6 % par rapport au dernier trimestre en raison del’interruption d’une partie de la production d’un concurrent et de ladiminution des importations d’acide phosphorique thermique purifié (P4) deChine et d’autres provenances, ce qui a contribué à renforcer les grandsparamètres du phosphate industriel.

La hausse du coût des intrants a nui à la division du phosphate, le prixdu soufre et de l’ammoniac ayant augmenté de 3 % et de 31 % respectivement parrapport au trimestre correspondant de l’exercice précédent, pour un total de6,4 M$. Cela explique en grande partie la hausse d’environ 4,00 $ la tonne ducoût des produits de phosphate vendus.

Activités liées à l’azote
La marge brute de l’azote est passée de 41,9 M$ à 68,0 M$ au cours dutroisième trimestre de 2003. Nos installations de grande envergure situées àTrinité, où nous avons conclu des contrats de gaz naturel à faible coût, ontgénéré 57 % de notre marge brute tirée de l’azote tandis que la part de nosactivités aux Etats-Unis s’élève à 31 %. Le reste de la marge est tiré denotre programme de couverture du gaz aux Etats-Unis.

Les volumes de vente totaux ont diminué de 6 % par rapport à ceux dutrimestre correspondant de l’exercice précédent en raison de l’arrêt deproduction qui perdure à Memphis et Geismar. Les solutions d’azote, qui ontreculé de 63 % par rapport au dernier trimestre, ont subi l’incidence la plusimportante. La hausse des prix est venue contrebalancer ces baisses, les prixde l’ammoniac ayant augmenté de 30 %, ceux de l’urée, de 20 %, et ceux dessolutions d’azote, de 36 % par rapport au troisième trimestre de 2003. Aucours du trimestre, les prix élevés du gaz naturel ont eu raison de la reprisede la production interrompue aux Etats-Unis. Cependant, ils ont également euune incidence sur les coûts moyens du gaz de la Société, qui ont augmenté de46 % par rapport au troisième trimestre de l’exercice précédent et ontentraîné une augmentation du coût des produits d’azote vendus d’environ24,00 $ la tonne.

Survol financier
Le dollar canadien s’est raffermi de 0,08 $ par rapport au dollaraméricain durant le trimestre, ce qui a entraîné une perte de change de21,4 M$, partiellement neutralisée par un gain de 1,3 M$ lié à la conclusionde contrats de change en vue d’acheter des dollars canadiens. L’incidencenette de ces facteurs a été une perte de change de 20,1 M$ comparativement àune perte de 2,2 M$ pour le troisième trimestre de 2003. Cette incidence a étéprise en compte en grande partie à titre d’élément de change sans effet sur latrésorerie.

Les frais de vente et administratifs ont augmenté de 8 M$ ou de 33 % d’untrimestre à l’autre, partiellement en raison de charges de régularisationaccrues attribuables à des programmes d’encouragement à court et à long terme.Ces programmes sont liés au rendement de la Société et aux gains desactionnaires et, vu la vigueur du prix de l’action de PotashCorp, desajustements aux charges de régularisation ont dû être apportés. Les impôtsminiers et autres impôts provinciaux ont augmenté de 10,9 M$ ou de 89 % parrapport au trimestre correspondant de l’exercice précédent en raison del’augmentation importante du niveau de rentabilité par tonne de potassevendue, de même que des volumes de vente plus considérables.

Les produits divers étaient supérieurs de 13,9 M$, atteignant 19,1 M$pour le trimestre, principalement à la suite de la comptabilisation de laparticipation et des dividendes découlant de nos investissementsinternationaux liés à la potasse dans Arab Potash Company, SQM et IsraelChemicals Limited. Les intérêts débiteurs ont diminué de 3,8 M$, ou 15 %, parrapport au trimestre correspondant de l’exercice précédent, en raisond’économies sur les intérêts réalisées sur des swaps de taux d’intérêt conclusau début de l’exercice, conjuguées à un accroissement des intérêts créditeursrésultant de soldes de trésorerie disponibles plus élevés.

Le taux d’imposition réel de la Société s’est établi à 33 % pour letrimestre. La répartition pour l’exercice en cours a été révisée et fixée à65/35 plutôt qu’à 60/40, comme nous l’avions prévu initialement. La charged’impôt actuelle a augmenté en raison de la rentabilité accrue de nosactivités liées à la potasse au Canada.

Perspectives
Les stocks de chacun des trois éléments nutritifs se situent bien en-deçàde la moyenne sur cinq ans, ce qui donne lieu à des conditions offre/demandetendues. Selon The Fertilizer Institute (TFI), les stocks de phosphate desproducteurs étaient de 42 % inférieurs à la moyenne sur cinq ans à la fin deseptembre, alors que les stocks de phosphate dibasique d’ammonium accusaientun recul de 33 % et que les stocks d’urée avaient diminué de 44 %. Conjuguée àune forte demande à l’échelle mondiale, cette dynamique semble vouloirpersister.

Bien que la récolte exceptionnelle ait exercé des tensions à court termesur les prix du grain, la plupart des fermiers bénéficient d’excellentsrendements aux prix supérieurs bloqués antérieurement et doivent composer avecun épuisement des nutriments de leurs terres. Ces éléments nutritifs devrontêtre reconstitués d’ici à la prochaine saison d’ensemencement. Toutefois, mêmesi la plupart des régions agricoles devaient avoir des récoltesexceptionnelles, la prévision quant au rapport stocks-utilisation à l’échellemondiale demeure fixée à 18,1 %, selon le département de l’Agriculture desEtats-Unis. A l’exception de l’année dernière, il s’agit du plus bas niveaudepuis 1975. Les faibles prix du grain actuels ont, tout au plus, unecorrélation plus étroite avec le phosphate, qu’avec la potasse ou l’azote,dont les perspectives de marché subissent l’influence des contraintes decapacité et du gaz naturel.

En ce qui a trait au secteur de la potasse, les volumes de vente nord-américains devraient augmenter par rapport aux niveaux du troisième trimestreà mesure que les commandes passées au début de l’année sont exécutées et queles négociants se mobilisent en vue de 2005. En fait, les volumes du secondsemestre de 2004 destinés aux clients nord-américains devraient égaler lesvolumes du second semestre de 2003. A l’étranger, Canpotex prévoit maintenantobtenir 8 millions de tonnes de ses producteurs en 2004, ce qui maintiendrales volumes à des niveaux vigoureux. Pour l’heure, PotashCorp assure 54,2 %des ventes de Canpotex. A la fin du quatrième trimestre, les prix sur les deuxmarchés devraient se situer à des niveaux plus élevés qu’au troisièmetrimestre.

Les livraisons de potasse vers la Chine continueront de faire l’objet deprix forfaitaires, qui sont inférieurs aux prix actuellement exigés àl’échelle mondiale, mais les négociations pour 2005 devraient déboucher surdes hausses de prix notables, ce qui permettra d’amorcer la nouvelle année surune forte lancée. Bien que le fret maritime ait augmenté au cours dutrimestre, Canpotex a bloqué ses taux de fret pour environ la moitié desvolumes livrés durant le reste de l’exercice, d’où une exposition moindre.

Quant au secteur de l’azote, les prix du gaz naturel à la NYMEXdemeureront probablement élevés. Les prix de l’ammoniac suivent les prix dugaz, ce qui ajoute de la valeur à nos installations à la Trinité, où le gazest proposé à faible coût. Par conséquent, ce nutriment devrait continuer àgénérer un rendement solide. En fait, nous avons récemment signé des contratsvisant l’ammoniac pour le second semestre d’octobre avec des producteurs dephosphate dibasique d’ammonium à 302 $ la tonne, soit 8 $ de plus la tonne quepour le premier semestre d’octobre. En outre, nous venons de négocier unevente à 319 $ la tonne pour une livraison au début novembre au Texas.

Pour le quatrième trimestre, les besoins en gaz naturel de PotashCorpsont couverts à quelque 80 % à 3,35 $ le million de Btu. En se fondant sur lesprix du gaz actuels, le reste du portefeuille d’actifs couverts de 2004 estévalué à environ 10 M$. Pour 2005, en prenant en compte les prix indexés de laTrinité, la Société est couverte à environ 70 % à 2,65 $ le million de Btu.Aux Etats-Unis, notre position de couverture est subordonnée à des bénéficesliés à des contrats à taux fourchette de novembre 2004 à mars 2005.

Le marché des engrais de phosphate solides demeure étroit. Les prix, quiont commencé à remonter graduellement à la fin du troisième trimestre,devraient continuer à grimper puisque la Chine doit satisfaire à sonengagement envers PhosChem au quatrième trimestre. Toute embellie liée à lamarge brute du phosphate pourrait être tempérée par des prix de l’ammoniacplus élevés. Alors que les phosphates fourragers ont subi certaines tensions,la Société a récemment annoncé une hausse de prix de 30,00 $ prenant effet le1er décembre 2004. Nos activités industrielles devraient se hisser en tête desproduits à base de phosphate, générant une marge brute de quelque 25 % duchiffre d’affaires net.

Dans ces conditions, les perspectives pour le quatrième trimestre sontpositives. PotashCorp s’attend maintenant à ce que le bénéfice pour l’exercice2004 se situe entre 2,40 $ et 2,50 $ par action, suivant le taux du dollarcanadien. Il s’agit d’une révision à la hausse par rapport aux prévisionsantérieures qui fixaient le bénéfice entre 2,13 $ et 2,38 $ par action et quise fonde sur un taux de change du dollar canadien de 1,26 d’ici à la fin del’exercice. Chaque modification de un cent du dollar canadien a une incidencesur le poste gain/perte de change d’environ 3 M$ ou 0,02 $ par action. Nousnous attendons à ce que ces bénéfices génèrent un flux de trésorerie lié auxactivités d’exploitation de quelque 600 M$. Des résultats prévisionnels sefondent sur les données postérieures au fractionnement de nos actions, lequela eu lieu au cours du trimestre.

La Société anticipe toujours un taux d’imposition réel global d’environ33 % pour l’exercice et la répartition entre l’exercice en cours et lesexercices subséquents devrait s’établir à 65/35. Les impôts miniers et autresimpôts provinciaux devraient représenter environ 21 % de la marge brute de lapotasse pour le quatrième trimestre, tout dépendant de la composition duchiffre de vente.

Conclusion
« Notre Société est de plus en plus sollicitée pour satisfaire à lademande mondiale croissante de potasse », a indiqué M. Doyle. « Grâce à notrecapacité excédentaire et aux placements stratégiques que nous avons faits dansla production de potasse autour du monde, nous sommes en mesure de relever ledéfi. Notre industrie et nos produits sont essentiels à la productionalimentaire et au développement mondial. Nous nous réjouissons à laperspective de répondre aux besoins de notre clientèle, et d’engendrer ainsides bénéfices pour les nombreuses parties intéressées dans notre entreprise. »

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Potash Corporation of Saskatchewan Inc.
http://www.potashcorp.com

Commentaires