Évolution de l’élevage d’espèces alternatives de bétail sur les fermes au Canada de 1981 à 2006

Ottawa (Ontario), 7 janvier 2008 – Les exploitants agricoles canadiens semblent avoir perdu un peu de leur enthousiasme pour l’élevage d’espèces non traditionnelles de bétail, selon une nouvelle publication fondée sur les données du Recensement de l’agriculture de 2006.

Cette publication présente les données sur 12 de ces espèces pour les recensements de 1981 à 2006. Elle comprend le nombre d’animaux, le nombre d’exploitations déclarantes, le nombre moyen par exploitation et la variation en pourcentage entre les périodes de déclaration.

Pendant les années 1990, bon nombre de ces espèces se sont répandues rapidement, entraînant la valeur des animaux de reproduction à la hausse. Cependant, au début des années 2000, certaines de ces espèces ont diminué en nombre ou sont demeurées stables. Les déclins sont attribuables aux problèmes de production ou dans certains cas, à un manque d’intérêt de la part des consommateurs pour leurs produits.

Par exemple, le nombre d’autruches, d’émeus et de nandous a connu une forte croissance dans les années 1990, mais a affiché une diminution importante en 2006.

De même, le nombre de chèvres dans les fermes canadiennes a plus que doublé de 1986 à 2001. Cependant, en 2006, ce nombre a reculé de 14 % pour se situer à 177 700 animaux, selon les estimations.

Au cours des cinq dernières années, le nombre de sangliers a chuté de 37 % pour s’établir à un peu moins de 21 000.

Par ailleurs, le bison, une espèce indigène, a manifesté la croissance la plus constante. Les exploitants ont estimé leur nombre à 195 700 en 2006, en hausse de 35 % comparativement à 2001. Le nombre de lamas et d’alpagas a augmenté de 23 % pour s’établir à environ 31 700.

Depuis les cinq derniers recensements, les animaux les plus populaires de la catégorie «autres genres de gros bétail sur les fermes» demeurent les chevaux et les poneys, qu’ils soient gardés pour les travaux, la reproduction ou les loisirs. De 2001 à 2006, le nombre de chevaux et de poneys au Canada a légèrement diminué de 1 % pour se chiffrer à environ 454 000 têtes, mais on a observé des mouvements considérables d’une province à l’autre.

La publication Espèces alternatives de bétail sur les fermes au Canada (23-502-XIF, gratuite) est accessible à partir du module Publications de notre site Web. Sous Publications Internet gratuites, choisissez Agriculture.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Statistiques Canada
http://www.statcan.ca/

Commentaires