Zimbabwe: expropriation de milliers de fermiers blancs

Harare (Zimbabwe), 24 juin 2002 – Environ 2900 agriculteurs blancs avaient jusqu’au 24 juin minuit pour cesser toute activité sur leurs fermes, en passe d’être confisquées par le gouvernement zimbabwéen dans le cadre de son programme de redistribution des terres.

Cet ultimatum arrive à échéance alors que le pays risque d’être confronté à une grave pénurie alimentaire.

Si l’on ajoute les centaines d’exploitations agricoles qui ont déjà été confisquées, 95% des 4000 fermiers blancs devaient se retrouver au chômage lundi à minuit, selon Jenni Williams, porte-parole de l’Union des agriculteurs commerciaux.

Les exploitants qui résisteraient à la nationalisation de leur ferme risquent une amende et une peine d’emprisonnement pouvant aller jusqu’à deux ans. Par ailleurs, ils ont jusqu’au 8 août pour quitter leur domicile.

Le Programme alimentaire mondial (PAM) estime que la moitié des 12,5 millions d’habitants du Zimbabwe auront besoin d’aide cette année. A l’origine de la famine, la sécheresse mais aussi la désorganisation d’un secteur agricole, jusqu’alors largement contrôlé par les blancs.

L’Union européenne a débloqué lundi une aide de six millions d’euros pour secourir les Zimbabwéens touchés par la famine. Elle a critiqué la politique du président Robert Mugabe, qui aggrave la crise selon elle. « Le secteur privé a un rôle primordial à jouer pour alimenter le marché », a déclaré le commissaire européen à l’Aide humanitaire Poul Nielson.

Source : AP

Commentaires