Le coût de l’innovation

Faut payer pour apprendre!

Un peu plus de dix ans qu’on travaille avec des couverts de trèfle. Pas facile au début, mais au fil du temps on gagne de plus en plus en confiance et on pousse toujours un peu plus loin notre expertise.Ce n’est pas une plante facile à maîtriser, mais si on parvient à s’y adapter les effets bénéfiques sont énormes.

Cette année, on s’est carrément planté sur une quinzaine d’hectares. On voulait garder le trèfle vivant le plus longtemps possible. Le sol était super friable au semis. On a placé la semence dans l’humidité au beau milieu des racines…je vous le dis, un beau lit de semences. Par contre, avec le manque de pluie, notre herbicide en bande a réagi un peu tard et le trèfle a continué sa croissance. Il s’est accaparé toute l’eau qu’il pouvait retenir. Résultat, la semence de maïs jadis dans la belle humidité s’est ramassée dans un sol desséché qui nous donne une levée non uniforme. Encore une chance qu’on avait fait différents traitements qu’on maîtrise un peu plus.

On remarque qu’aux endroits où on a vraiment toasté le trèfle en surface le maïs n’a eu aucun problème. J’en retiens donc qu’en année sèche vaut mieux ne pas trop laisser aller le trèfle à sa guise. Rien n’est totalement perdu. On va en profiter pour bien suivre le cheminement du maïs dans ce genre de couvert avec une levée loin des standards de perfection de « Mme Baeur ».

Chez nous on dit toujours : « faut payer pour apprendre! » Payer en argent et je dirais beaucoup en temps de préparation, de calibration, d’observations, d’ajustements etc. Quelqu’un m’a demandé : « Pourquoi Paul tu partages tes résultats d’essais? En fait, tu payes de ton temps et tu retransmets gratuitement tes résultats. » Ben, pourquoi pas? J’ai toujours reçu plus en me permettant de donner et d’échanger avec d’autres agriculteurs. J’aime partager mes résultats sans problème à qui s’y intéresse. Le résultat est une chose, mais ce qui me passionne le plus c’est le processus pour y arriver. Profession agriculteur!

 

à propos de l'auteur

Agriculteur et collaborateur

Paul Caplette

Paul Caplette est passionné d’agriculture. Sur la ferme qu’il gère avec son frère en Montérégie-Est, il se plaît à se mettre au défi et à expérimenter de nouvelles techniques. C’est avec enthousiasme qu’il partage ses résultats sur son blogue Profession agriculteur.

Commentaires