Orge de brasserie : de la place pour la qualité

Les superficies d’orge de brasserie s’accroissent depuis quelques années. Cela découle notamment des efforts investis par Semican dans le développement de variétés adaptées au maltage et dans l’optimisation de la régie. Canada Maltage constitue le principal utilisateur d’orge de brasserie au Québec. « Nous en achetons entre 10 000 et 15 000 tonnes par année, confie son représentant Fang So. Celui-ci dit espérer voir la production québécoise continuer d’augmenter au cours des prochaines années.

Comme tout autre grain de créneau, l’orge de brasserie comporte des exigences techniques. « Le principal défi des producteurs québécois, c’est de contrôler la fusariose, signale Fang So. L’emploi de fongicides y contribue grandement. »

Pour sa part, Jacques Beauchesne, président-fondateur de Semican, croit que les producteurs gagneraient aussi à abaisser le degré d’humidité de l’orge à l’entreposage.

Commentaires