40 acres à l’heure pour des drones

Une société américaine a réussi à obtenir les autorisations gouvernementales pour opérer plusieurs drones à la fois, augmentant ainsi de manière importante la portée des appareils.

L’entreprise Rantizo utilise les drones comme un outil d’application. Sa vision d’en augmenter la productivité a été réalisée après un travail intense avec la Federal Aviation Administration des États-Unis afin d’accéder aux normes de sécurité. Elle a obtenu des permis pour opérer légalement avec des essaims de drones dans les zones rurales en bas du 48e parallèle.

L’approche développée par Rantizo a été appelée «  Fly & Apply ». Cette certification permet une application dans les zones rurales jusqu’à la frontière du champ.

Rantizo n’est pas la seule entreprise à avoir eu l’idée de travailler avec plusieurs drones commandés par un seul pilote. C’est le cas de Intel qui a développé et produit des spectacles de lumière fantaisistes.

« Actuellement, nous travaillons avec trois drones et un pilote, ainsi qu’un observateur visuel et nous serons en mesure de couvrir 40 acres par heure », selon le PDG de l’entreprise, Michael Ott. La société a également développé un système de chargement autonome qui mélangera et remplira les réservoirs des drones, ce qui pourrait augmenter la productivité à 60 acres par heure. Ce système sera disponible à l’automne.

Le dirigeant explique que l’application faite par les drones n’est pas faite sur l’ensemble du champ. L’opération est plutôt ciblée, grâce aux informations dont dispose l’agriculteur ou le consultant sur les infestations de mauvaises herbes et les maladies. Les applications ont alors lieu de manière très précises, ne touchant que des zones ciblées.

Le logiciel d’exploitation de l’essaim de drones est autonome : le pilote dispose d’une carte de couverture et les drones peuvent diviser ensuite le champ en tiers pour couvrir l’ensemble du champ. “Nous pouvons télécharger un fichier identifiant les endroits ciblés à l’intérieur de certaines zones où ils doivent pulvériser, ce qui est nécessaire, et envoyer les drones vers ces endroits”, explique M. Ott.

L’application par essaim de drones est présentement autorisée dans 48 États, mais la société n’opère actuellement que dans 15 États. Une expansion est toutefois envisagée, ainsi que plus de drones par essaim et plus de technologie appliquée.

Pour cet automne, Rantizo cible l’ensemencement des cultures de couverture. Les agriculteurs qui souhaitent expérimenter des cultures de couverture dans de nombreux endroits ont du mal à trouver des moyens pour ensemencer efficacement, un problème que l’entreprise dit pouvoir régler avec sa méthode par drones.

La société aimerait d’ailleurs avoir davantage de drones en opération dans l’avenir, soit de cinq à 10 par escadron, le tout sans pilote. Les drones ne prendrait leur envol qu’au besoin, avec les produits déjà chargés.

Source: Farm Futures (traduit de l’anglais)

 

à propos de l'auteur

Journaliste

Céline Normandin

Céline Normandin est journaliste spécialisée en agriculture et économie. Elle collabore également au Bulletin des agriculteurs.

Commentaires