Amélioration génétique du canola

À Georgetown, à l’ouest de Toronto, une cinquantaine de personnes oeuvrent chez DuPont Pioneer, dans ce qui est vraisemblablement le plus important centre d’amélioration génétique du canola au monde. Certaines variétés sont mises à l’essai sur place, mais la plus grande part des essais au champ ont lieu dans l’Ouest.

Le directeur des services techniques Dave Harwood nous a fait part des principaux axes de développement des variétés, au-delà de l’amélioration continue des rendements, du port de la plante et de la résistance à la verse.

1) Résistance à la Sclérotinia – Aussi appelée pourriture blanche, cette maladie fongique est très présente en Ontario et au Québec, surtout dans les conditions climatiques propices à de très hauts rendements. Plusieurs variétés de canola Pioneer offrent déjà une résistance partielle, grâce aux caractères Protector Sclerotinia.

2) « Au cours des prochains cinq ans, nous voudrions passer à une résistance complète à la pourriture blanche, qui pourrait carrément remplacer l’utilisation de fongicides », annonce Dave Harwood.

3) Résistance au Liberty – Vers 2015, Pioneer lancera des variétés de canola LibertyLink, résistantes à l’herbicide Liberty. Cela permettra une culture Roundup Ready de moins dans les rotations, ce qui contribuera à réduire les risques de développement de résistance au glyphosate, fait valoir Dave Harwood. Autre avantage : si du soya Liberty Link se trouve à pousser en mauvaise herbe l’année suivante, il pourra être éliminé avec du glyphosate.

4) Pioneer vient d’obtenir l’homologation pour le canola avec Optimum Gly, la prochaine génération de résistance au glyphosate. « On prévoit que ce sera une résistance au glyphosate supérieure à ce qu’il y a sur le marché actuellement », assure Dave Harwood.

Commentaires