Autre tuile pour le canola canadien

La Chine vise un 2e exportateur canadien

Après l’exportateur Richardson International, c’est la société Vittera qui est visée par une interdiction d’acheminer du canola en Chine. Les autorités chinoises ont invoqué la présence de parasites dangereux pour expliquer la décision qui a été diffusée sur le site de l’autorité des douanes chinoises. La décision est effective dès maintenant.

La nouvelle survient après qu’un groupe de l’industrie du canola ait indiqué que les importateurs chinois avaient cessé leurs achats auprès d’eux. Autant Viterra que Richardson ont indiqué que les grains répondaient aux exigences réglementaires.

Articles connexes

Il s’agit d’une nouvelle étape dans l’escalade du conflit commercial entre la Chine et le Canada, à la suite des tensions entourant le géant des télécommunications chinois Huawei et l’extradition aux États-Unis de la directrice financière de l’entreprise.

Le premier ministre Trudeau qui se trouvait justement au Manitoba pour rencontrer les dirigeants de Richardson s’est dit préoccupé par la situation. Il a indiqué qu’une délégation pourrait être envoyé en Chine pour trouver des solutions.

Près de 40% du canola produit au Canada prend la direction de la Chine, soit sous forme de graines, tourteau ou huile.

Une usine à Bécancour est responsable du traitement du canola et du soya, alors qu’une autre à Sainte-Agathe, au Manitoba, transforme le canola en huile.

 

Source : Radio-Canada

 

à propos de l'auteur

Journaliste

Céline Normandin est journaliste spécialisée en agriculture et économie. Elle collabore également au Bulletin des agriculteurs.

Commentaires