Ça y est, la visite annoncée est arrivée

Les scientifiques de la National Oceanic and Athmospheric Administration (NOAA) des États-Unis ont confirmé une nouvelle qui se faisait attendre, soit la venue pour cet hiver du phénomène météo La Nina. Après plusieurs tergiversations dans les derniers mois, les chances qu’il se réalise ont dépassé les 50% pour se situer à 65-75% pour la semaine qui vient de se terminer. Selon les modèles météo,  La Nina sera en place dans l’hémisphère nord de février à avril 2018 et ce, pour une deuxième année de suite. En 2016, le phénomène s’est étiré de juillet 2016 à janvier 2017 avant de revenir à un modèle météo neutre.

Tout comme l’an dernier, cette manifestation de La Nina devrait être faible. Dans les années où il est présent, le froid est plus intense dans les provinces des Prairies alors que davantage de précipitations se développent dans la région des Grands Lacs. Du temps plus sec et chaud est aussi présent dans le sud des États-Unis.

Pour le Québec, les conséquences directes ne sont pas importantes mais la province pourrait enregistrer des précipitations plus importantes puisque le tempêtes hivernales ont tendance à remonter des Grands Lacs vers le nord et les plaines du Saint-Laurent. Les impacts seront toutefois multiples sur le globe.

impacts de La Nina sur le globe
Source: The Western Producer

Source: NOAA

Commentaires