De meilleurs rendements prévus au Québec

La dernière prévision de Statistique Canada sur la production des grandes cultures a de quoi réjouir. Selon les estimations réalisées en juillet dernier, les rendements et la production attendus au Québec, autant pour le mays que le soya, devraient être supérieur à ceux de l’an dernier. Certains pourraient dire que la barre n’est pas très haute puisque l’année 2019 a été désastreuse pour plusieurs mais la projection survient quand même après des mois sous le signe de la sécheresse dans l’Est du pays, en plus d’une diminution des superficies pour le soya et le maïs.

Dans l’ensemble du pays, il devrait se récolter plus de blé, de maïs-grain, d’orge et d’avoine cet automne par rapport à l’année dernière, mais moins de canola et de soya. Si la pluie a manqué dans les provinces les plus à l’est en plus d’enregistrer un mercure élevé, les agriculteurs de certaines régions des Prairies ont dû composer avec des pluies abondantes et des températures inférieures à la moyenne cet été.

La production de maïs-grain au Québec devrait augmenter de 8,8 % pour s’établir à 3,7 millions de tonnes. Les rendements au Québec devraient augmenter de 15,3 % pour atteindre 163,1 boisseaux à l’acre. La superficie récoltée devrait diminuer de 5,7 % à 885 000 acres.

Toujours dans la province, la production de soya devrait s’accroître de 14 % pour atteindre 1,2 million de tonnes, sous l’effet d’une augmentation considérable des rendements, soit 16,7 % de plus qu’en 2019 pour s’établir à 49,7 boisseaux à l’acre, qui devrait plus que contrebalancer la diminution prévue de 2,4 % de la superficie récoltée.

Estimation de la production des principales cultures au Québec et au Canada, en date de juillet 2020, réalisé par Statistique Canada

Au Canada, la production de blé sera plus abondante. Elle devrait augmenter de 10,5 % d’une année à l’autre pour atteindre 35,7 millions de tonnes en 2020, compte tenu de la hausse prévue des rendements (+8,0 % pour s’établir à 53,8 boisseaux à l’acre) et de la hausse de la superficie récoltée (+2,3 % pour s’établir à 24,4 millions d’acres).

Écart par rapport aux précipitations moyennes (en millimètres) du 1er avril au 31 juillet 2020 (durant la saison de végétation), comparativement à la moyenne annuelle, selon la province

Écart par différence de la température moyenne par rapport à la température normale (en degrés Celsius) du 1er juillet au 31 juillet 2020, selon la province

Les données du Programme d’évaluation de l’état des cultures publiées par Statistique Canada révèlent que la santé globale des plantes dans les provinces des Prairies était la même ou bien meilleure que la normale dans la majeure partie de la région, ce qui indique la possibilité de rendements supérieurs à la normale. À l’inverse, la santé des plantes dans l’Est canadien était moins bonne que la moyenne et elle s’est aggravée considérablement depuis le début de juin, probablement en raison du manque de pluie.

Indice de végétation pour la semaine du 20 juillet 2020 (pendant la période de collecte des données), comparé à la normale, selon la division de recensement, est du Canada

004&8211;4, 004
Statistique Canada indique qu’elle a effectué sa collecte de données par technologie satellitaire afin de réduire le stress des agriculteurs pendant la pandémie de COVID-19. L’organisme avait déjà utilisé cette méthode en 2016 et 2019. L’organisme indique  qu’il diffusera le 14 septembre 2020 les estimations modélisées du rendement et de la production pour les grandes cultures au Canada. Les données sont produites au moyen de la télédétection, de données d’enquête et de données agroclimatiques.

à propos de l'auteur

Journaliste

Céline Normandin

Céline Normandin est journaliste spécialisée en agriculture et économie. Elle collabore également au Bulletin des agriculteurs.

Commentaires