Éviter l’effondrement d’un silo

Beaucoup de vieux silos-tours en béton sont encore utilisés de nos jours, malgré le danger qu’ils représentent pour les humains et les animaux et malgré le risque de perte des produits qui y sont entreposés. Les producteurs continuent d’y ensiler leurs récoltes, sans se soucier de la détérioration que leurs silos peuvent avoir subi du fait du passage du temps, des intempéries et des effets de l’attaque des acides d’ensilage.

Les effondrements de silos-tours sont des événements souvent tragiques, emportant parfois la vie d’agriculteurs ou de travailleurs agricoles. Les silos tombent parfois sur des bâtiments d’élevage adjacents, tuant ou blessant des animaux, causant des dommages aux biens et provoquant le gaspillage des matières ensilées ou des grains entreposés.

Voici quelques informations utiles pour mieux comprendre et reconnaître la détérioration, gracieuseté du ministère de l’Agriculture, de l’Alimentation et des Affaires rurales de l’Ontario (MAAARO).

Acides d’ensilage

La détérioration des silos-tours en béton traditionnels est surtout attribuable à l’attaque des acides d’ensilage. Il s’agit principalement d’acide lactique et d’acide acétique, qui sont produits par les végétaux humides soumis au processus de fermentation. Quand ces acides entrent en contact avec les parois en béton du silo, ils réagissent avec le ciment Portland qui lie les agrégats. Avec le temps, les parois finissent par s’affaiblir.

Ces mêmes acides corrodent également les éléments métalliques de la structure comme les frettes (anneaux métalliques dont on entoure le silo pour le renforcer), l’acier d’armature et les ferrures. Si un silo n’est pas entretenu convenablement, l’action progressive des acides peut conduire à une défaillance structurale.

Les acides d’ensilage causent la détérioration des silos en béton, qu’ils soient coulés en place ou faits de membrures préformées. La rapidité et la gravité de cette détérioration dépendent d’un certain nombre de facteurs, dont :

  • la taille du silo,
  • la teneur en eau des matières ensilées et
  • le degré de protection permanente du béton.

La pression de l’ensilage influence considérablement la rapidité et l’ampleur de la détérioration par les acides. C’est dans le bas des silos que s’exerce la pression maximale. Plus le silo est haut, plus les pressions sont fortes.

La pression due au tassement de la masse ensilée exprime le liquide des plantes, lequel se répand librement (suintement). Sous l’effet des fortes pressions, le jus des plantes, qui renferme les acides, commence à s’infiltrer dans les pores du béton. En conséquence, les silos de grandes dimensions souffrent habituellement davantage de l’action des acides que les silos plus petits. Plus la teneur en eau des produits ensilés est élevée, plus la fermentation est active et plus la production d’acides est grande.

Lire la suite

 

à propos de l'auteur

Articles récents de André Dumont

Commentaires