Pertes dans les prairies: recours des producteurs

Malheureusement, les pertes dans les prairies et les luzernières sont nombreuses cette année au sortir de l’hiver. Il semble que les redoux consécutifs et l’accumulation de glace, surtout dans le sud de la province, aient été mortel dans de nombreux cas. Plusieurs producteurs n’ont d’autre choix que de repartir à zéro en espérant que la nouvelle récolte sera bonne. Les enjeux sont d’autant plus élevés que la pénurie de foin est loin d’être résorbée. Ceux qui espéraient que la Montérégie puisse soulager les besoins toujours importants dans l’est devront se tourner vers d’autres sources pour être ravitaillé.

Articles connexes

La Financière agricole a d’ailleurs mentionné des dommages dans les prairies sans son premier rapport de l’année. Aucun dommage n’avait été enregistré en date du 14 mai, mais selon les dégâts, des protections collectives pourraient s’appliquer, selon Cynthia Byrne, conseillère en communication et relations publiques à la Financière agricole.

« Contrairement aux protections individuelles, les protections collectives sont basées sur les pertes à l’intérieur d’une zone géographique comportant plus d’un producteur. L’évaluation des pertes est faite par territoire de station météo. La perte moyenne calculée est ensuite attribuée à chacun des producteurs associés à cette station. Comme les pertes sont calculées de façon collective à partir de données météo, il n’est pas obligatoire pour les producteurs d’appeler leur centre de services. »

L’exception dans le cas des cultures de foin et de fourrages pour les protections collectives sont liés aux inondations. Les indemnités sont alors individuelles et doivent faire l’objet d’une demande auprès de la Financière.

Huguette Martel, conseillère en plantes fourragères au MAPAQ, recommande toutefois de contacter tout de même la Financière en cas de pertes ou dommages liés au gel. « Cela permet de dresser un portrait de la situation et de mieux évaluer l’étendue des dégâts. On peut ainsi mieux réagir aux défis liés à la culture fourragère. »

Le pourcentage de perte de rendement associé à une station météo est déterminé à l’aide de trois grilles, soient la grille Gel, la grille Quantité pour manque de pluie et la grille Qualité pour l’excès de pluie. Une indemnité est versée lorsque la perte est supérieure à la franchise correspondant à l’option de garantie inscrite au certificat de l’adhérent. En ce qui a trait à la valeur de remplacement,  pour l’option «besoins alimentaires», une indemnité pour valeur de remplacement est calculée lors d’une perte de rendement supérieure à 15% dans la région ou groupe de régions administratives.

Une indemnité est aussi possible lorsque des dommages à la suite d’un risque individuel génèrent une perte de rendement supérieure à la franchise correspondant à l’option de garantie inscrite au certificat de l’adhérent. La superficie minimale est de 4 hectares non morcelés.

Les producteurs touchés devront patienter à décembre pour obtenir leur indemnités. Dans des cas exceptionnels, comme l’an dernier en raison de la sécheresse, les paiement pourraient être devancés.

Pour plus d’informations sur l’évaluation des pertes de la protection Foin et pâturages:

o   résumé de programme

o   le formulaire Calcul de l’indemnité dans le foin – Document explicatif

o   les grilles d’indemnisation

à propos de l'auteur

Journaliste

Céline Normandin est journaliste spécialisée en agriculture et économie. Elle collabore également au Bulletin des agriculteurs.

Commentaires