Quelle est la triple menace… à la qualité de vos fourrages ?

Le "timing" est la clef du succès pour un bon foin.

La manière dont séchera le foin aura un grand impact sur ses qualités nutritives

*Du premier passage de la faucheuse au dernier chargement d'ensilage, chaque étape franchie par un producteur peut affecter d'une manière ou d'une autre la valeur nutritionnelle et la rentabilité de sa culture fourragère.

Le "timing", la technique et les outils utilisés affectent tous, positivement ou négativement, le résultat de toute une saison de travail. Ma question pour les producteurs est la suivante : tirez-vous le meilleur parti de votre culture fourragère ? Réfléchissez-vous à l'impact de votre "timing", de votre technique et de vos outils sur votre récolte et vos résultats?

Le "timing" est la clé du succès…

La récolte du fourrage est un processus qui prend des jours et non des heures. Cela nécessite de longues fenêtres météorologiques et le bon moment de récolte pour conserver la valeur nutritionnelle maximale. Le Dr Dan Undersander, agronome, expert fourrager de longue date, affirme que la clé d'un fourrage de qualité commence par un séchage rapide. Le fourrage coupé continue de perdre sa valeur nutritive à mesure qu'il mûrit par la respiration des plantes jusqu'à ce qu'il sèche à 60 % d'humidité. Plus vite vous pouvez obtenir l'humidité à ce niveau, plus la valeur nutritive est conservée. Les deux facteurs les plus cruciaux en matière de "timing" sont : la vitesse à laquelle l'humidité de la culture descend en dessous de 60 % et la vitesse à laquelle le foin est prêt à être mis en balles ou coupé.

Pensez à votre technique.

Plus la fauche est basse, plus vous avez de chances d'avoir de la terre mélangée à votre fourrage. L'augmentation de la hauteur de coupe entraînera une diminution du rendement ; cependant, cela réduira la teneur en cendres et améliorera la qualité du fourrage. Quelle est la hauteur de fauche optimale ? Il est recommandé de faucher à une hauteur de 6,25 cm à 7,5 cm (2.5-3 po) pour la luzerne et 7,5 à 10 cm (3 à 4 po) pour les graminées pour équilibrer le compromis de rendement avec l'inclusion potentielle de cendres.

De plus, un large andain après la coupe est le facteur le plus important pour maximiser le taux de séchage initial et préserver les amidons et les sucres. Des études menées par Undersander suggèrent qu'une qualité alimentaire relative plus élevée (RFQ) (amidon et sucre) peut être attribuée à une largeur d'andain plus large. Il recommande d’avoir un andain le plus large possible, 70 % de largeur de coupe équivaut à une bonne largeur et une largeur de coupe supérieure à plus de 90 % est considérée comme une largeur optimale.

Réduire la teneur en cendres. La teneur en cendres reste une priorité pour améliorer la qualité et la valeur nutritive du fourrage. La teneur totale en cendres du fourrage d'un producteur peut jouer un rôle essentiel dans les performances des animaux. En plus d'une plus grande usure du matériel de récolte, les cendres peuvent réduire la consommation de fourrage, réduire la digestibilité, affecter négativement la fermentation et diluer la valeur nutritionnelle du fourrage. Lorsqu'une culture contient un excès de cendres, la production de lait ou le gain de poids diminue car un ruminant ne peut consommer qu'un nombre limité de livres de nourriture par jour en fonction du taux de digestibilité de la nourriture. Un fourrage de mauvaise qualité prendra simplement de la place dans l'estomac d'une vache, n'apportant pas de valeur nutritionnelle et rendant impossible l'augmentation de la production de lait ou du gain de poids.

Travaillez plus intelligemment avec une faucheuse triple.

La qualité du fourrage est le principal avantage de l'utilisation d'une faucheuse triple par rapport à une andaineuse automotrice. Pour produire les andains exceptionnellement larges nécessaires à un séchage rapide, une faucheuse triple est le meilleur outil de choix. Contrairement aux andaineuses automotrices qui elles fauchent la récolte devant la machine et rétrécissent l'andain afin que les roues de la machine ne passent pas sur la récolte coupée. Plus la barre de coupe est large, plus la largeur totale est réduite pour passer proprement sous la machine. Cette conception nécessite des andains serrés et étroits, ce qui entraîne une période de séchage plus longue et une perte de valeur nutritionnelle.

En comparaison, les faucheuses triples ont deux unités de coupe supplémentaires et la flexibilité d'utiliser le tracteur pour d'autres tâches en dehors de la saison de tonte. Les faucheuses triples se composent d'une faucheuse avant juste un peu plus large que les bords des pneus du tracteur et de deux faucheuses à ailes à l'arrière. Comme les faucheuses latérales fonctionnent derrière la machine, il n'est pas nécessaire de comprimer l'andain. Les andains qui en résultent ont plus de 90 % de largeur de coupe et souvent le double de la largeur de la récolte fauchée avec une andaineuse automotrice.

Selon Undersander, deux aspects importants expliquent pourquoi il est recommandé d’avoir un andain le plus large possible. Le premier est : la lumière du soleil qui est le facteur le plus important pour le séchage. Par exemple, si vous étendez l'andain et couvrez 100 % du champ, vous utilisez toute la lumière du soleil disponible. Si vous le mettez en andain, couvrant un tiers du champ, vous empêchez la lumière du soleil d'atteindre les deux tiers de la récolte. Ainsi, une large bande intercepte plus de lumière solaire et sèche rapidement. Le deuxième aspect est la densité de la couche. Lorsque nous étalons la récolte, nous avons un tapis de récolte moins dense. Si nous mettons la récolte dans un grand andain, cet andain s'isole et il ne sèche pas aussi bien. Quel que soit le type de faucheuse utilisé pour votre opération (type tracteur, à montage avant ou arrière, ou faucheuse triple), il doit maximiser la largeur de l'andain par rapport à la largeur de coupe.

La récolte de la culture fourragère est un élément essentiel à la bonne réussite d’une exploitation. Un producteur chevronné sait que la qualité du fourrage peut faire une différence considérable dans la performance et la santé des animaux. Le rendement en lait ou en poids dépend des nutriments consommés, ce qui fait de la qualité du fourrage un facteur clé de l'alimentation. Pour une meilleure qualité de fourrage, tenez compte de votre "timing" et de votre technique, réglez votre équipement pour réduire la teneur en cendres et travaillez plus intelligemment avec une faucheuse triple. En fin de compte, un fourrage de haute qualité signifie un troupeau en bonne santé et une meilleure rentabilité.

Source: Progressive Forage

* Texte réalisé en collaboration avec le Conseil québécois des plantes fourragères. Les propos exprimés dans le texte relèvent toutefois de l’auteur et n’engagent pas le CQPF.

à propos de l'auteur

Commentaires