L’agriculture régénératrice comme mission pour cette entreprise canadienne

Karn Manhas, PDG de Terramera s’est fixé un objectif plus qu’ambitieux. Il souhaite en effet réduire «la charge mondiale de pesticides synthétiques de 80% d’ici à 2030», selon le site web de l’entreprise. C’est définitivement ambitieux, puisque 2030 n’est que dans 10 ans et que 80% correspond à un pourcentage très élevé.

L’objectif de réduction des pesticides n’est qu’une partie de la mission de Terramera qui consiste à aider les agriculteurs à faire plus avec moins. Ces objectifs sont ceux également de l’agriculture régénérative, un ensemble de pratiques réunissant  les cultures de couverture, un travail du sol réduit, des rotations de cultures diverses et l’intégration du bétail dans les opérations d’une ferme.

L’objectif de l’agriculture régénérative est en somme d’améliorer la santé des sols, ce qui réduit le besoin d’intrants de culture tels que les engrais et les pesticides. C’est pourquoi Terramera envisage de construire un centre d’agriculture régénératrice à Vancouver afin d’améliorer l’efficacité de la production agricole.

«Le Canada a la possibilité d’être un leader mondial en matière d’agriculture régénérative », a déclaré M.Manhas dans un communiqué de presse au début de novembre. «Il s’agit d’une proposition historique pour le Canada qui construit un moteur économique autour de deux de nos industries clés, l’agriculture et la technologie ».

Un élément clé du plan de Terramera est sa technologie appelée Actigate. Le site web de la société indique qu’il augmente les performances et l’absorption des ingrédients actifs en les livrant directement aux cellules végétales.

«Dans le domaine pharmaceutique et médical, il existe toute cette science de l’administration des médicaments. Dans l’agriculture… il n’y a pas beaucoup de science sur la façon de garantir que l’ingrédient actif principal est livré là où il doit arriver », a déclaré M.Manhas.

“Environ 50 à 90 % des ingrédients actifs que nous pulvérisons à la ferme ne parviennent pas réellement à l’endroit où ils sont censés se rendre.”

Actigate est l’une des technologies détenues par Terramera. Cette dernière détient des brevets sur plus de 200 autres propriétés intellectuelles.

L’entreprise utilisera également l’apprentissage automatique et l’intelligence artificielle pour aider les agriculteurs à cultiver plus efficacement.

L’entreprise a trouvé un partenaire de premier plan pour son entreprise. Les services de stockage et d’informatique de Microsoft alimenteront la collecte et l’analyse des données pour Terramera et le Global Center for Regenerative Agriculture. «Microsoft a un engagement de longue date envers la durabilité et le travail que Terramera fait avec l’IA contribuera grandement à aider les agriculteurs et les éleveurs à lutter contre le changement climatique», a déclaré John Weigelt de Microsoft Canada. Le commentaire sur la lutte contre le changement climatique fait référence au stockage du carbone dans le sol. Terramera prévoit de «développer et mettre à l’échelle la technologie… pour quantifier la séquestration du carbone dans le sol» pour montrer comment l’agriculture peut faire partie de la solution climatique. La construction du centre agricole régénératif à Vancouver, le perfectionnement de la technologie pour mesurer la séquestration du carbone dans le sol et la construction de sites d’essai sur le terrain partout au Canada ne seront pas bon marché.


à propos de l'auteur

La référence en nouvelles technologies agricoles au Québec.

Le Bulletin des agriculteurs

Fondé en 1918, Le Bulletin des agriculteurs traite des tendances, des innovations et des dernières avancées en matière de cultures, d’élevages et de machinisme agricole dans le but de faire prospérer les entreprises agricoles d’ici.  

Articles récents de Le Bulletin des agriculteurs

Commentaires