Le maïs repart

«On voit des plants où les feuilles 4 et 5 sont sorties alors que les feuilles 1, 2 et 3 sont mortes.»

« Les plants ont l’air fou, les feuilles mortes et les nouvelles feuilles s’entremêlent » Vincent Chifflot

Après le gel de la fin mai, plusieurs producteurs de maïs se sont inquiétés en voyant les feuilles des plants brunir et se dessécher. Rappelons que le gel a frappé dans plusieurs régions. «C’est presqu’un copier-coller de 2020, mais en plus généralisé, rapporte l’agronome Vincent Chifflot, de Bayer. Je dirais que la région la plus affectée est le Centre-du-Québec, plus particulièrement l’axe Drummond-Princeville.»

L’agronome constate heureusement que le maïs est reparti à bien des endroits. «Les plants ont l’air fou, les feuilles mortes et les nouvelles feuilles s’entremêlent, lance-t-il. On voit des plants où les feuilles 4 et 5 sont sorties alors que les feuilles 1,2 et 3 sont mortes.»

C’est un fait bien connu que lorsque ses feuilles ont été détruites par le gel, la plantule de maïs peut reprendre sa croissance et développer de nouvelles feuilles si le point de croissance n’a pas été affecté. Il est même tout à fait possible que l’épisode de gel ait un effet négligeable sinon nul sur le rendement de la plantule.

Une expérience réalisée à l’Université du Wisconsin en fait la démonstration. On y a défolié des plants entre les stades V1 et V4 et ce, pendant sept années de culture. Or, on a constaté une perte significative de rendement seulement deux ans sur sept (voir le diagramme).

On a constaté une perte significative de rendement seulement deux ans sur sept.

Ceci dit, rappelle Vincent Chifflot, ce qui est vrai pour une plantule ne l’est pas nécessairement pour un champ entier. «On voit en marchant les champs que tous les plants ne vont pas repartir, dit-il. On peut observer de la variabilité. Tout dépend de l’intensité du gel.»

Celui-ci ajoute que si le rendement global du champ n’est pas affecté, il est néanmoins possible que la qualité du grain le soit, elle. «Le grain pourrait être plus léger cet automne à cause des journées perdues au départ», prévient-il. Tout dépendra des conditions météo durant le reste de la saison!

à propos de l'auteur

Journaliste

André Piette

André Piette est un journaliste indépendant spécialisé en agriculture et en agroalimentaire.

Articles récents de André Piette

Commentaires