Ligne de temps

Les dégâts dus aux passages des roues affectent grandement le rendement des fourrages

*Avec la première coupe qui bat son plein, il est certain qu’il faut circuler avec des équipements lourds dans les champs afin de récolter le fourrage. Mais contrairement aux systèmes d’ensilage préfané, où le fourrage est entièrement enlevé un jour ou deux après la coupe, il faut un plus grand nombre de passages de la machinerie pour récolter le fourrage sec. La machinerie doit souvent dans ce cas circuler cinq jours ou plus après la coupe. D’autres activités comme le râtelage, le bottelage puis le ramassage exigent l’intervention de tracteurs chargeurs et de remorques.

Le professeur Dan Undersander (de l’Université du Wisconsin) a effectué des recherches dans certains États américains en vue de mieux connaître les effets du passage des roues sur le rendement de la luzerne. Cette recherche a démontré d’importantes pertes de rendements dues aux dégâts causés par le passage des roues. L’étude a aussi estimé que certaines variétés de luzerne y sont plus sensibles que d’autres.

Le fait de circuler avec des machines dans les champs peut réduire les rendements subséquents (deuxième et troisième coupes) d’environ 25 à 30 % en moyenne dans les traces de roues. Les manœuvres habituelles de coupe, de râtelage, de bottelage et de traction des remorques font que de 25 à 30 % du champ se trouvent dans au moins une trace de roues. Cette proportion peut même atteindre jusqu’à 60 %.

Les baisses de rendement dues au passage des roues proviennent souvent des bris ou des dommages causés à la repousse des nouvelles tiges. Le compactage du sol joue un rôle beaucoup plus négligeable. La repousse commence en général cinq jours après la coupe. Plus le délai s’allonge après celle-ci, plus il y aura de dommages à la repousse, dans une plus grande proportion. Cet effet sur des plants affaiblis peut aussi avoir une incidence l’année suivante.

Une autre étude, menée cette fois par le professeur Steve Bowley, de l’Université de Guelph, a étudié l’effet du passage des roues sur certaines parcelles de variétés du Comité des plantes fourragères de l’Ontario à la station de recherche d’Elora. Cette recherche a également montré une baisse du rendement attribuable au passage des roues dans les graminées de même que dans les légumineuses.

Recommandations pour réduire les dégâts dus au passage des roues

La recherche est loin d’être complétée dans ce domaine, ainsi que sur les pratiques de gestion et de récolte des fourrages qui permettraient de minimiser les dégâts. Mais voici tout de même quelques recommandations :

  • Récolter au plus tôt après la coupe.
  • Utiliser de plus petits tracteurs quand c’est possible. Par exemple, ne pas râteler avec le gros tracteur.
  • Éviter les passages non nécessaires dans les champs.
  • Ramasser les plus grosses balles au plus tôt après le bottelage.
  • S’il faut épandre du fumier, y procéder au plus tôt après la coupe pour réduire ces dégâts.

Dernière chose importante à retenir, utiliser des variétés plus « tolérantes » au passage des roues. Cela peut aussi contribuer à réduire la perte de rendement des fourrages.

Bonne première coupe!

*Texte réalisé en collaboration avec le Conseil québécois des plantes fourragères. Les propos exprimés dans le texte relèvent toutefois de l’auteur et n’engagent pas le CQPF.

à propos de l'auteur

Commentaires