Ligne de temps

Marché des grains: L’inquiétude pèse sur les cours

La même chanson s’est répétée encore cette semaine avec un net recul de la part des principaux grains. En l’absence d’entente sur la question des échanges commerciaux entre les États-Unis, la Chine et ses autres partenaires, l’inquiétude persiste sur les parquets des bourses et les grains n’ont pas échappé à la tendance négative. Les conditions demeurent bonnes dans les champs et les derniers chiffres sur les superficies semées aux États-Unis ont offerts peu de surprises, ce qui n’a pas permis de relever les prix.

Avec la menace toujours présente de représailles commerciales de la part de la Chine le 6 juillet, les courtiers se sont montrés frileux, surtout envers le soya qui a encore glissé. La Chine est un grand importateur de soya, ce qui fait de la fève la denrée agricole la plus importante au niveau des exportations américaines. Le Canada a pour sa part indiqué qu’elles seraient les biens visés par des droits de douanes. Plusieurs produits alimentaires sont touchés, dont le sirop d’érable et le yogourt.

Le rapport du département américain de l’Agriculture a dévoilé des superficies près de prévisions. Le soya dépasse le maïs pour la 1re fois depuis 1983 au niveau des superficies avec 89,56 millions d’acres. Le maïs se situe à 83,16 millions et le blé à 47,8 millions d’acres. Les stocks ont offert le même scénario avec des résultats près des attentes. Les réserves de blé ont diminué de 7% à 1,1 milliard de boisseaux, celles de soya ont augmenté de 26% à 1,22 milliard et celles de maïs ont monté de 1% à 5,3 milliards de boisseaux.

Les conditions de cultures aux États-Unis ont reculé un peu au cours de la semaine mais demeurent au-delà des 70% en bonne ou excellente conditions, ce qui est supérieur à la moyenne sur cinq ans. La canicule prévue dans une bonne partie de l’Est des États-Unis cette semaine a commencé à inquiéter les marchés, surtout en ce qui concerne le maïs.

La météo a aussi joué un rôle dans le prix du blé qui a épongé une partie des pertes de la semaine en raison de nouvelles sur la récolte en Russie qui aurait effectivement souffert de la sécheresse. La forte révision à la baisse de la production française de blé par une firme privée a aussi aidé à relever le prix de la céréale. La production totale a été réduite de 4 millions de tonnes à 33,2 million tonnes, soit nettement moins que les autres prévisions et le rendement de 36 millions de tonnes de 2017.

Le boisseau de soya pour novembre a perdu 4% pour terminer à 8,8000 $US s contre 9,1625 $US il y a une semaine.

Le boisseau de maïs) pour juillet a terminé la semaine avec une perte de 2% à 3,5025 $US comparativement à 3,5725 $US vendredi dernier.

Le boisseau de blé pour septembre a clôturé la semaine en retrait de 1% à 5,0125 $US par rapport à 5,0425 $US vendredi dernier.

Commentaires