Marché des grains: Le prix du blé bondit à un sommet en six ans

Le prix du blé a affiché son meilleur résultat depuis décembre 2014 lors de la séance de vendredi à Chicago. Le prix du boisseau de la céréale a été propulsé par des inquiétudes sur l’état des cultures un peu partout à travers le monde, particulièrement dans la région de la Mer Noire et dans le sud des États-Unis où la sécheresse se fait sentir. C’est aussi le cas dans certaines régions de l’Amérique du Sud, dont l’Argentine.

En plus des conditions sèches qui prévalent aujourd’hui, les prévisions tablent sur du temps sec pour à court et à moyen terme. Dans ses prévisions des tendance hivernales, l’agence météo des États-Unis, la National Oceanic and Atmospheric Association, voit peu de répit dans la sécheresse qui prévaut depuis des mois dans le Sud-Ouest du pays d’ici l’an prochain, ce qui augure mal pour le blé d’hiver.

Le USDA a indiqué des ventes hebdomadaires qui ont totalisé 599 700 tonnes pour 2020-2021. Les ventes étaient dans le haut de la fourchette des prévisions en plus d’être à un sommet en sept semaines. Un dollar américain plus faible semble avoir soutenu la vente du blé à l’étranger.

Le maïs a maintenu une partie de ses gains de la semaine. Des ventes de 128 000 tonnes de maïs devraient être envoyées vers le Mexique. Les marchés tablent d’ailleurs sur d’autres ventes vers la Chine, ce qui a permis au maïs de s’afficher à son niveau le plus haut en 14 mois.

Un total de 391 150 tonnes de soya a été commandées par des acheteurs inconnus. Le soya a cependant affiché un léger recul pour la semaine.

Les prix des céréales se maintiennent malgré la présente période de récoltes dans plusieurs régions du globe, dont les États-Unis où les récoltes sont en avance sur la moyenne des dernières années. Reuters signale que la résilience des prix des denrées de base, comme les céréales, semble être liée à un retour des fonds spécialisés dans ce domaine. Par exemple, le contrat à terme le plus actif à Chicago dans le blé a gagné 15% dans le dernier mois.

Le boisseau de blé pour décembre a fini à 62525 $US, contre 5,9375 $US une semaine plus tôt. Il a atteint vendredi 6,3075 $US.

Le boisseau de soya pour novembre a conclu à 10,5000 $US, comparativement à 10,6550 $US à la séance de vendredi dernier. Malgré son recul, le soya a rejoint dans la semaine son prix le plus élevé depuis mars 2018.

Le boisseau de maïs pour décembre a terminé vendredi à 4,0200 $US par rapport à 3,9500 $US vendredi dernier.

à propos de l'auteur

Journaliste

Céline Normandin

Céline Normandin est journaliste spécialisée en agriculture et économie. Elle collabore également au Bulletin des agriculteurs.

Commentaires