Marché des grains: Les prix marqués par l’incertitude

Les séances à Chicago ont été écourtées pour le congé Pascal. Les marchés ont hésité à faire preuve d’optimisme, malgré de bons chiffres concernant les ventes à l’étranger pour les États-Unis.

Dans son rapport mensuel sur l’offre et la demande de produits agricoles dans le monde (Wasde), le département américain de l’agriculture a rehaussé ses prévisions des stocks de fin de saison pour le blé, le soja et le maïs.

Les chiffres du gouvernement américain confirment l’impact sur le marché agricole de la pandémie de COVID-19, qui nuit aux exportations américaines et a conduit à la fermeture de nombreuses usines de production d’éthanol, composé à partir de maïs et utilisé pour la fabrication de biocarburant.Le blé a profité de prévisions météorologiques susceptibles d’affecter les semis et donc de réduire la production.

Le maïs reste pour sa part soumis aux aléas du prix du pétrole et du cours de l’éthanol. Les pays producteurs de pétrole ont tenté de s’entendre cette semaine sur une réduction de la production pour s’ajuster à la demande en chute libre depuis le début que l’Organisation mondiale de la santé a déclaré la pandémie. Les ventes ont toutefois bénéficié de chiffres meilleurs que prévu sur les ventes hebdomadaires à l’étranger. Le gouvernement a annoncé un total de 2,4 millions de tonnes de maïs vendues au 2 avril.

Quant au soya, il a gagné du terrain, en partie grâce à la réduction de plus de 2 millions de tonnes par l’agence brésilienne de statistiques agricoles quant aux estimations sur les perspectives de récolte.

Le boisseau de blé pour mai a fini à 5,5650 $US par rapport à 5,4925  $US une semaine plus tôt.

Le boisseau de maïs pour mai a terminé vendredi à 3,3175 $US contre 3,3075 $US vendredi dernier.

Le boisseau de soya pour mai a terminé à 8,6350 $US comparativement à 8,5425 $US la semaine dernière.

à propos de l'auteur

Journaliste

Céline Normandin

Céline Normandin est journaliste spécialisée en agriculture et économie. Elle collabore également au Bulletin des agriculteurs.

Articles récents de Céline Normandin

Commentaires