Marché des grains : Net rebond des céréales

Le maïs et le blé affichent leur meilleur prix depuis plusieurs mois

Il semble que la météo ait finalement rattrapé les marchés préoccupés dans les dernières semaines par les démêlées commerciales entre la Chine et les États-Unis. Le maïs a affiché des gains durant chaque séance de la dernière semaine à la suite d’informations sur les progrès des semis aux États-Unis. Le soya et blé ont suivi mais ont retranché une partie de leurs gains vendredi devant la perspective d’une hausse des stocks pour le soya alors que le blé a enregistré une prise de  profits.

Articles connexes

Depuis plus d’un mois, les progrès dans les champs sont rares dans la Corn Belt américaine. Le département américain de l’Agriculture (USDA) a confirmé lundi que seulement un tiers des semis de maïs étaient complétés alors que la norme est de 66% à pareille date. Les services météorologiques ont confirmé que les douze derniers mois étaient les plus humides jamais enregistrés dans le pays. Les prévisions ne sont pas plus encourageantes pour le reste du mois avec encore de la pluie, ce qui viendra compliquer davantage les travaux  aux champs. Avec chaque délai, les perspectives de rendements sont réduites et des changements de cultures pourraient être envisagés si jamais la fenêtre pour les semis maïs est dépassée.

Le prix du maïs a aussi été soutenu par de bonnes ventes à l’étranger avec 634 100 tonnes écoulées sur les marchés. Les contrats à terme ont atteint leur niveau le plus élevé en quatre mois, soit le 19 décembre 2018.

Les préoccupations concernant la météo se sont aussi reflétées sur le prix du blé. Les semis de blé de printemps sont au point mort et avec l’humidité, plusieurs se demandent si les cultures n’auront pas à faire face à la maladie du côté du blé d’hiver dont la qualité était jusqu’à maintenant très bonne. Alors que les ventes étaient décevantes depuis plusieurs semaines, ces dernières ont remontés pour atteindre 533 900 tonnes selon le USDA.

Le soya a également repris des plumes après son plongeon des dernières semaines, mais son élan a été stoppé par la perspective de voir plus de soya dans les champs que prévu, ce qui viendrait s’ajouter aux stocks déjà abondants aux États-Unis, en conséquence avec la guerre commerciale avec la Chine. Cette dernière a indiqué qu’elle imiterait les États-Unis en ajoutant des tarifs commerciaux aux importations américaines, en indiquant toutefois qu’elle repoussait au 1er juin leur entrée en vigueur. Le prix du soya a plongé lundi à un nouveau creux en dix ans à 7,9100 $US.

Le boisseau de maïs pour juillet a fait un bond de 12% à 3,8325 $US par rapport à 3,4250 $US une semaine auparavant.

Le boisseau de blé  pour juillet a aussi affiché un gain impressionnant de 11% à 4,6500 $US contre 4,1900 $US vendredi dernier.

Le boisseau de soya a affiché son premier gain en six semaines pour terminer en hausse de 3,1% à 8,2175 $US par rapport à 7,9700 $US une semaine plus tôt.

à propos de l'auteur

Journaliste

Céline Normandin est journaliste spécialisée en agriculture et économie. Elle collabore également au Bulletin des agriculteurs.

Commentaires