Marché des grains: une autre bonne semaine à Chicago

Les retards sans précédents dans les semis de maïs et de soya aux États-Unis ont continué de soutenir les cours des principaux grains qui ont de nouveau affiché d’importantes avances pour la semaine. Alors que les mauvaises nouvelles du point de vue du commerce avaient monopolisé les cours au début du printemps, ces dernières n’ont pas semblé affecter les prix, du moins pas pour le moment.

Pour le mois, le contrat à terme sur le maïs le plus actif à Chicago a progressé de 17,9%, son gain mensuel le plus important depuis juin 2015. Toujours en mai, les contrats à terme pour le blé ont grimpé de 17,7%, leur plus forte hausse mensuelle depuis juin 2017, et soya a gagné 2,9%, mettant fin à une série de trois mois consécutifs de pertes.

Articles connexes

Les semis de maïs accusent un retard sans précédent pour ce temps de l’année. En date du 26 mai, un peu plus de la moitié des travaux étaient terminés contre 90% en moyenne. Plusieurs régions du pays ont dépassé la date critique pour semer la céréale.

Les producteurs pourraient être obligés de se tourner vers le soya qui enregistre aussi des délais importants avec plus de 30% des superficies ensemencées contre 65% en moyenne.

Les nouvelles concernant les ventes à l’étranger ont été bonnes avec 983 000 tonnes vendues pour le maïs, un chiffre dans le haut des prévisions.

Les tensions commerciales demeurent toutefois présentes dans l’actualité. Les États-Unis ont annoncé des tarifs douaniers de 5% sur les importations venant du Mexique, des taux qui seraient progressifs selon la réaction des autorités mexicaines aux demandes provenant de l’administration américaine concernant l’immigration.

La Chine a par ailleurs indiqué qu’elle cessait tout achat de soya américain selon la presse, même si le pays est le plus important acheteur de la denrée. Les nouveaux tarifs chinois contre les importations américaines entrent également en vigueur dès le 1er juin.

Le blé a suivi le mouvement généralisé de hausse, après que le ministère de l’Agriculture a fait part cette semaine d’un brusque recul de la qualité des récoltes d’hiver, en raison des pluies qui se sont récemment abattues aux Etats-Unis. Dans le même temps, les ventes américaines de blé à l’étranger lors de la semaine terminée le 23 mai ont été de 565 000 tonnes, dans la marge supérieure des prévisions du marché.

Le boisseau de maïs pour juillet a grimpé de 5,6%  vendredi à 4,2700 $US contre 4,0425 $US il y a une semaine.

Le boisseau de soya pour a suivi la même courbe avec un gain de 5,8% à 8,7775 $US par rapport à  8,2975 $US vendredi dernier à la clôture.

Le boisseau de blé pour juillet a pris 2,8% à 5,0300 $US comparativement à 4,8950 $US vendredi dernier.

 

à propos de l'auteur

Journaliste

Céline Normandin est journaliste spécialisée en agriculture et économie. Elle collabore également au Bulletin des agriculteurs.

Commentaires