Rouler ou non le soya, là est la question

Est-il rentable de rouler le soya au printemps?

L’utilisation d’un rouleau après le semis de soya est assez répandue. Ceci permet « d’enterrer » les roches qui peuvent endommager la batteuse au moment de la récolte. Mais qu’en est-il pour un champ de soya qui n’a pas de roches? Y a-t-il des effets bénéfiques sur la culture? Le Manitoba Pulse & Soybean Growers (MPSG), soit l’association des producteurs de soya et lentilles du Manitoba, espère répondre à ces questions en finançant deux études complémentaires. Une étude se concentre sur l’aspect économique de l’opération et l’autre examine les risques d’érosion par le vent, car ce risque augmente avec le passage du rouleau, rapporte Cassandra Tkachuck, spécialiste de la production au MPSG, dans un récent article. Les essais ont été mis en place en 2018 et 2019 dans la région de Red River Valley, au Manitoba. On y retrouve des sols plutôt argileux avec peu de roches.

« L’étude économique permettra de fournir aux producteurs qui n’ont pas de problématique de roches de décider s’il est rentable pour eux de rouler le soya », souligne Charley Sprenger, responsable de l’étude pour le Prairie Agricultural Machinery Institute. Le temps est une denrée rare au printemps. Quel est le coût de cette opération? Peut-on sacrifier cette étape sans conséquence sur la qualité ou la vitesse de récolte? Trois traitements sont à l’étude : témoin, rouleau après semis, mais avant émergence et rouleau après émergence (avant stade V3). Le coût moyen est de 8,72 $/ha, selon les résultats de l’an un. En moyenne, il n’y avait pas de différence sur la vitesse de récolte ni sur les pertes à la table au battage. Les données de l’an deux viendront préciser la consommation de carburant nécessaire.

David Lobb de l’Université du Manitoba est responsable de l’étude sur l’érosion. C’est l’effet aplanissant du rouleau qui est responsable de l’augmentation des risques d’érosion. « Les légères buttes et dépressions sur la surface du sol sont en mesure de retenir les résidus et particules de sol. Lorsque celles-ci sont plus ou moins éliminées avec le passage du rouleau, le vent a une plus grande emprise », explique le spécialiste. De plus, après l’émergence du soya, les particules de sol transportées par le vent sont abrasives pour les plantules et peuvent ralentir la croissance ou favoriser le développement de maladies. Les résultats de l’an un n’ont démontré aucun effet sur le rendement de la culture ou de dommages sur les feuilles entre les champs roulés ou non. Il reste à valider si la tendance se maintient pour la deuxième année de l’essai.

Source :Top Crop Manager

à propos de l'auteur

La référence en nouvelles technologies agricoles au Québec.

Le Bulletin des agriculteurs

Fondé en 1918, Le Bulletin des agriculteurs traite des tendances, des innovations et des dernières avancées en matière de cultures, d’élevages et de machinisme agricole dans le but de faire prospérer les entreprises agricoles d’ici.  

Commentaires