Vers un blé GM enrichi de fer?

Des chercheurs ont réussi à développer une lignée de blé produisant 20 mg de fer par kilogramme de farine.

« La déficience en fer ou anémie est un problème de santé courant. Or, il est difficile de changer la concentration en fer dans le blé en utilisant l’amélioration génétique conventionnelle. Les farines sont souvent enrichies de fer pour compenser », rapportent des chercheurs du John Innes Centre au Royaune-Uni.

Selon eux, la farine de blé contient entre 5 mg et 8 mg de fer par kilogramme, ce qui est insuffisant pour les besoins nutritifs des humains. « Avec les nouvelles techniques de génie génétique, les chercheurs ont réussi à développer une lignée de blé produisant 20 mg de fer par kilogramme de farine. »

Les chercheurs tentent de comprendre les mécanismes d’absorption et de transport du fer dans l’endosperme du blé, car le fer est toxique pour la plante si les concentrations sont trop élevées. La bio fortification de la céréale nécessite donc une accumulation du fer dans les tissus sans nuire au développement de la plante ni au rendement en grain.

Les chercheurs ont réussi cet exploit en conditions contrôlées dans les serres. Ils veulent maintenant réaliser les essais en conditions réelles entre les mois d’avril et septembre en parcelles pendant trois ans. Les chercheurs ont ainsi demandé l’autorisation de cultiver en parcelle de recherche du blé génétiquement modifié enrichi de fer.

Source : world- grain.com

 

à propos de l'auteur

La référence en nouvelles technologies agricoles au Québec.

Fondé en 1918, Le Bulletin des agriculteurs traite des tendances, des innovations et des dernières avancées en matière de cultures, d’élevages et de machinisme agricole dans le but de faire prospérer les entreprises agricoles d’ici.  

Commentaires