Application mobile pour aider vos vaches à trouver l’amour

Les concepteurs britanniques profitent de la Saint-Valentin pour lancer leur application mobile

Une application inspirée de Tinder aide les agriculteurs de Petersfield en Angleterre à trouver des partenaires potentiels pour leur bétail.

Appelé “Tudder” – un mélange d’application de rencontres Tinder et udder (pis) – il permet aux agriculteurs de choisir le bétail qu’ils souhaitent.

Ils sont ensuite dirigés vers une page du site Web SellMyLivestock où ils peuvent parcourir davantage d’images et de données sur les animaux avant de décider d’acheter ou non.

Des informations précieuses sont disponibles sur des questions telles que le rendement en lait et la teneur en protéines, ou le potentiel de vêlage, a expliqué Doug Bairner, PDG de Hectare Agritech, qui gère SellMyLivestock (SML) et Graindex, une plate-forme de commerce international en ligne agritech basée au Royaume-Uni.

«Faire correspondre le bétail en ligne est encore plus facile que de le faire avec les humains car il y a une énorme quantité de données derrière ces animaux merveilleux qui prédisent ce que sera leur progéniture», a-t-il déclaré.

Lancé juste à temps pour la Saint-Valentin, les fabricants pensent que Tudder est la toute première application de rapprochement pour le bétail.

En mettant les données à portée de main, les agriculteurs de tout le pays (Grande-Bretagne) sont connectés, ce qui facilite les échanges.

James Bridger, éleveur de bétail et utilisateur de Tudder, a déclaré que cela simplifiait le transport des animaux et pouvait rivaliser avec les marchés traditionnels.

Vous avez toutes ces données sur son contexte et tout ce que, si vous êtes sur un marché, vous n’avez peut-être pas eu le temps de passer pour chaque animal», a-t-il déclaré à Reuters, dans le comté du Hampshire, au sud de l’Angleterre.

«Il n’y a rien de mieux que de voir un animal chez lui, dans son habitat naturel, plutôt que de le placer dans un camion… Si quelqu’un sonne et veut venir jeter un coup d’œil, ou même le choisir de la photo, c’est vraiment l’idéal côté respect, et ils sont plus heureux pour cela.»

SellMyLivestock a vendu plus de 50 millions de livres sterling (85 millions de dollars canadiens) de bétail, d’aliments pour animaux et de litière au cours de l’année écoulée, dissipant ainsi toute idée selon laquelle les agriculteurs sont bloqués dans le passé, a déclaré Doug Bairner.

«En dépit de la vision agricole du reste du monde, elle est en réalité très axée sur la technologie», a-t-il déclaré, citant l’agriculture de précision, les robots de traite et la sélection génétique.

Source: de Matthew Stock, Reuters

à propos de l'auteur

Agronome et journaliste

Marie-Josée Parent couvre les productions laitière, bovine, avicole et porcine au Bulletin des agriculteurs.

Commentaires