Devrions-nous faire de l’engraissement de bouvillons Holstein?

À l’Instar de ce qui se faire aux États-Unis, les Producteurs de bovins du Québec s’intéressent à la question

Le Québec est la plus grande province productrice laitière au pays. Nos veaux sont élevés pour produire des veaux de lait et des veaux de grains. Serait-il possible de faire comme il se fait beaucoup aux États-Unis et d’engraisser des bouvillons de race Holstein?

Les Producteurs de bovins du Québec (PBQ) ont organisé un webinaire sur la question. Le but était d’informer, mais aussi de recruter des producteurs intéressés à participer à un projet d’évaluation de la faisabilité dans un contexte québécois.

Le webinaire regroupait les directeurs de mise en marché Louis Blouin (bovin de réforme et veau laitier) et Clément Lalancette (bouvillon d’abattage), ainsi que l’agente à la mise en marché Anaïs Gingras (bovin de réforme et veau laitier), le médecin vétérinaire Michel Rondeau de Services vétérinaires M Rondeau et l’agronome consultant André Hould de Ranch 3H.

Les veaux laitiers du Québec sont vendus pour la production de veau de lait et la production de veau de grain, ainsi que sous forme de veaux croisés. La production de veau de lait est en diminution au Québec depuis 2015.

Les États-Unis engraissent les bouvillons Holstein. Cela représente 20% des bouvillons abattus aux États-Unis et 32% du bœuf classé Prime, la plus payante. Autres avantages : l’approvisionnement est continu à l’année et il y a une grande uniformité de carcasse. Par contre, le rendement en viande est plus faible.

Le vétérinaire Michel Rondeau et l’agronome André Hould ont démontré les principales caractéristiques de cet élevage au niveau logement, régie, santé et alimentation. Les points importants à évaluer sont la conversion alimentaire et le gain moyen quotidien.

Les évaluations préliminaires sont à l’effet que la marge par tête excluant l’achat du veau est de 191$, travail des employés inclus. Considérant qu’un veau Holstein se vend autour de 150$, il reste 41$ par bouvillon Holstein produit, ce qui est intéressant.

Le projet vise à recruter des producteurs bovins dans le but de collecter des données sur 1000 à 1100 bouvillons Holstein engraissés. Le projet a reçu une subvention du MAPAQ et a l’appui des PBQ. Les suivis vétérinaire et agronomique sont assurés. « On cherche à recruter des producteurs qui veulent donner accès à leurs installations et leurs données », explique Louis Blouin.

Ce projet permettra dans un premier temps d’évaluer la faisabilité de faire de l’engraissement de bouvillons Holstein au Québec et, dans un deuxième temps, de produire un guide destiné aux producteurs québécois.

Il est possible de revoir le webinaire. D’autres webinaires sont prévus pour aller en profondeur dans le sujet.

 

à propos de l'auteur

Agronome et journaliste

Marie-Josée Parent

Marie-Josée Parent couvre les productions laitière, bovine, avicole et porcine au Bulletin des agriculteurs.

Commentaires