Effets à long terme du colostrum chez les porcelets

L’ingestion de colostrum chez les jeunes porcelets aura un impact positif significatif à court et long terme sur la croissance et la mortalité des porcs. Telles sont les conclusions d’une recherche menée par des chercheurs associés à l’Université Gand, en Belgique.

Les chercheurs ont prélevé les performances d’élevage de 1455 porcelets de la naissance à 22 semaines d’âge, répartis dans 10 troupeaux commerciaux. Les porcelets étaient pesés individuellement à la naissance, au sevrage, en milieu de croissance et en finition. La consommation de colostrum a été évaluée selon un modèle ma- thématique. D’autres données ont également été collectées, comme le poids de naissance, l’ordre à la naissance, le sexe, la race et l’intervalle entre la naissance et la première tétée.

DSC_0014Voici les principaux points à noter:

La consommation de colostrum a influencé positivement le poids au sevrage, en croissance et en finition. Autre élément intéressant: la prise de colostrum a un effet positif plus grand chez les porcelets ayant un poids de naissance plus faible.

L’ordre de naissance avantage le poids, peu importe le moment de la pesée. Le sexe a un impact seulement en fin d’élevage. La mortalité présevrage diminue lorsque la consommation de colostrum augmente, que le poids à la naissance augmente et que l’intervalle naissance première tétée diminue. En pouponnière, la mortalité est également liée au poids à la naissance et à l’ingestion de colostrum.

Les plus petits porcelets sont plus affectés par une association négative de consommation de colostrum et de mortalité. La mortalité en engraissement a un lien avec le poids au sevrage et en milieu de croissance.

Source : American Society of Animal Science

 

à propos de l'auteur

Agronome et journaliste

Marie-Josée Parent

Marie-Josée Parent couvre les productions laitière, bovine, avicole et porcine au Bulletin des agriculteurs.

Commentaires