Ligne de temps

Équilibre énergétique des vaches laitières

Maintenir un bon équilibre énergétique en début de lactation est important pour optimiser la production laitière et réduire les risques de maladies métaboliques. Il a été démontré que l’atteinte de cet équilibre doit également être maintenue durant le tarissement. Pendant ce stade, il est essentiel de ne pas outrepasser les besoins énergétiques de l’animal au risque d’accroître les problèmes de santé chez la vache fraîche vêlée. Durant la période de tarissement, l’engorgement graisseux du foie ou « foie gras » est une maladie métabolique fréquente qui affecte les fonctions de cet organe. Puisque le foie joue un rôle important au niveau du système immunitaire, son dysfonctionnement rend les vaches plus susceptibles d’être atteintes de métrite ou de mammite et autres maladies secondaires après le vêlage. Malheureusement, il n’est pas possible d’identifier les vaches atteintes par ce problème, car il n’y a pas de signes cliniques visibles chez l’animal.

Cependant, il a été démontré que les ultrasons pouvaient être utilisés pour mesurer le niveau d’engorgement graisseux du foie. La teneur en gras du foie se situe normalement aux environs de 3 % à 6 % et sa couleur aux ultrasons est blanc tirant sur le gris pâle. Lorsque le niveau de gras augmente, la couleur du foie change vers un gris foncé et progresse vers le noir lorsque le niveau de graisses dépasse 20 %. L’addition de choline protégée à la ration permet d’activer la mobilisation des graisses entreposées dans le foie et de réduire les impacts de ce problème. Cependant, prévenir l’accumulation des graisses dans le foie durant le tarissement est une meilleure solution à long terme.

Source : Hoard’s Dairyman

à propos de l'auteur

La référence en nouvelles technologies agricoles au Québec.

Fondé en 1918, Le Bulletin des agriculteurs traite des tendances, des innovations et des dernières avancées en matière de cultures, d’élevages et de machinisme agricole dans le but de faire prospérer les entreprises agricoles d’ici.  

Commentaires